Encyclomédication

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Encyclomédication

Message par Reips Hunt le Mar 22 Déc - 17:29

Parce que le forum est malade, c'est pas cool. Alors un bon traitement à base de références diverses et variées, ça fait du bien !

_________________
L'important n'est pas de pouvoir, mais de faire croire que l'on peut.

CIA
avatar
Reips Hunt

Messages : 175
Date d'inscription : 09/06/2014
Age : 26

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Les tavernes au moyen âge

Message par Reips Hunt le Mar 22 Déc - 17:43

Au moyen-âge, monter sa taverne dans un lieu pommé était le meilleur moyen d'extorquer le peu d'argent qu'il reste au voyageur de passage. Nombre de légendes circulent à l'époque sur les auberges rouges, mais contrairement aux brigands (qui attendent les voyageurs sur le pas de la porte), les aubergistes se contentaient de leur écorcher la bourse.

Prenant la plupart du temps l'apparence de vieilles bâtisses délabrées mais que l'on ne pouvait guère ignoré après la nuit tombée, l'aubergiste s'arrangeait pour y entasser les badauds aux tables comme aux chambres, à des prix absolument frauduleux. Notons que le plat du jour se composait essentiellement d'une bouilli de fouace (le pain pauvre), accompagné au mieux de légumes et de champignons; au pire de fèves. Exceptionnellement, le voyageur pour déceler la trace d'un bout d'abat, et encore... fallait-il y mettre le prix. Heureusement, les plats étaient souvent marinés dans le vin.

Le voyageur partageait la chambré avec les autres, et était tenu de faire de la place dans son lit si nécessaire. De sorte que l'on y partageait toutes sortes de choses : puces, odeurs, bruits... En fait, on ne faisait qu'y passer la nuit à l'abri des brigands (qui attendent toujours sur le pas de la porte ou bien qui sont en train de dormir avec vous), du mauvais temps et des bêtes sauvages. Heureusement pour ceux qui avaient le sommeil léger, il était possible de trouver de l'aide dans la dure tâche de dormir, au travers d'une boisson alcoolisée. (A noter que pour ceux qui avaient peur de se faire détrousser lors de leur coma, vous l'étiez déjà bien avant lorsque l'aubergiste vous avait resservi les trois verres que vous aviez renversé dans votre délire éthylique.)

Les boissons, parlons-en ! L'eau était encore ce que l'on trouvait de moins cher, à condition qu'une source se trouve non-loin. Sinon, il restait toujours la rivière ou l'eau d'un vieux réservoir; mais il valait mieux avoir les tripes solides, sinon c'était la courante voir pire. Enfin, et  pour les raisons exposées plus haut, il valait mieux se rabattre sur un bon alcool :

Les moins chers restaient encore les gnoles et eau-de-vie. Les fruits ne sont pas réputer très nourrissants et se conservent mal; le mieux était donc de les réduire en bouillies et de distiller leurs jus. De plus, il était plutot facile avec quelques récipients et un peu d'expérience de produire son propre tord-boyau à partir des fruits pourris ou d'une vieille piquette. En plus, après quelques verres, l'aubergiste pouvait servir à peu près n'importe quoi et le voyageur n'y voir que du feu. Il ne restait plus qu'à accompagner ces boissons de quelques crèmes de fruit pour les parfumer et autres liqueurs.

Les vins, cidres et poiré de basse qualité étaient les plus réputés. Autant dire que l'aubergiste ne vous servira que de la piquette. Mais bon, les vignes se disputent l'horizon avec les champs de céréales, ce qui rendait la bibine bon marché. A noté qu'il était bien plus économique de se payer la bouteille et de la partager pour se faire des copains.

Mais venons en aux choses sérieuses : les vins épicés. Issus de vins rouge et blanc mais aussi de cidre, on ajoutait une bonne mesure de miel pour le sucré et l'on y ajoutait du tanin issus de plantes: écorces, feuilles, parfois racines. A boire froid ou chaud avec quelques épices comme la cannelle, le gingembre, le poivre, la réglisse. Les recettes sont variées, à condition d'avoir les moyen de se procurer des épices venues de loin. Le vins épicé n'est pas sans rappeler une forme plus âcre  mais aussi plus riche que l'hydromel.

Venons en à ce délicieux hydromel. Consommé froid ou chaud lui aussi, c'est la boisson la plus sucrée, la plus douce et la plus trompeuse. A base de miel, d'eau et de quelques tanins, L'hydromel est le père de tout les alcools. La aussi les recettes sont variées, le parfum final dépendant aussi bien du miel choisi que des ingrédients ajoutés. L'hydromel est bien moins âcre que les vins épicés, mais il est tout autant voir plus alcoolisé.

Mais tout connaisseur se devait de réclamer sa bière. Les buveurs de bières était vus d'un mauvais oeil. La bière est fabriquée à partir de céréales avec lesquelles on fabrique le pain, l'aliment principal de l'époque. Autant dire que l'on affamait la moitié du peuple pour désaltérer l'autre.

Pour accompagner son digestif, le voyageur aura peut-être l'occasion de goûter au dessert de la patronne. Une tarte ou une tourte à la pâte sèche. Les parfums varies selon la saisons... parfois aux baies, parfois aux pommes. Mais comme l'on préfère se remplir la panse avec de la fouace que de ravir son palet, soyez assurez que les brigands vous surveillerons depuis la fenêtre. A moins qu'ils ne soient déjà entrain de partager avec vous votre bouteille d'hydromel, avec les plus sombres intentions...

Les amusements des auberges en font leur renommée :
Le troubadour, ce joyeux drilles qui chante à gorge déployée. Il est bien le dernier à boire... car seul les soulards le paye pour écouter son affreuse musique. Biensûr, l'aubergiste n'oubliera pas de le taxer avant son départ. C'est aussi une cible facile pour le brigand.
La ribaude, un moyen pour l'aubergiste de s'enrichir sans effort. En plus de leur vider les bourses, elle fait vider les bourses des ivrognes. Mais il faut la garder à l'oeil et pauvre. Il ne manquerait plus qu'elle se sauve avec le brigand.
Les paris son évidement blâmés mais... bon, l'aubergiste acceptera volontiers de servir d'arbitrer en échange d'un pourcentage des gains totaux, calculé au pro-rata du nombre de verres bus. Et plus il sert, plus il prend.
La bagarre. L'aubergiste n'autorise pas la bagarre... dans son établissement. Alors il jette les individus dehors. Attention, rappelons que le brigand dehors fera les poches du perdant !


En se qui concerne l'hygiène, ne compter par sur le bain. On indique gentiment au voyageur la rivière la plus proche. Cela tombe bien, c'est sur son chemin. Et pour la lessive ? C'est au même endroit. Notez que si vous tombez sur un lavoir, il est interdit de s'y baigner.

Pour les latrines c'est au fond de la cour, entre deux planches sur un lit de paille. N'oublier pas de les ramener dans le seau en cuisine, c'est avec ça que l'on fait chauffer le repas.

_________________
L'important n'est pas de pouvoir, mais de faire croire que l'on peut.

CIA
avatar
Reips Hunt

Messages : 175
Date d'inscription : 09/06/2014
Age : 26

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Matériaux

Message par Reips Hunt le Lun 28 Déc - 9:13

Le transport coûte cher à l'époque et les routes sont dangereuses. Alors on bâti et l'on construit avec les matériaux du coin.

Selon l'importance d'un bâtiment ou de son propriétaire, les matériaux sont collectés avec soin par des individus d'expérience ou des professionnels. En effets, on choisi les roches les plus résistants pour parfaire les fondations ou le chêne le plus grand et massif pour servir de poutre porteuse.


Dernière édition par Reips Hunt le Lun 4 Jan - 22:14, édité 1 fois

_________________
L'important n'est pas de pouvoir, mais de faire croire que l'on peut.

CIA
avatar
Reips Hunt

Messages : 175
Date d'inscription : 09/06/2014
Age : 26

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Encyclomédication

Message par Ewakhine Do'varden le Dim 3 Jan - 11:20

Références et notes très intéressantes que tu nous as trouvé là, Reips. Aurais-tu cependant des liens vers les sources que tu as utilisé ?

Dans tous les cas, cela donne de meilleures idées de l'univers d'alors et donc cela titille ma créativité.
*sourit* J'ai même eu une idée de personnage dont le métier serait de distiller son propre alcool et de le vendre. J'apprécie beaucoup et t'en remercie !

Si tu as d'autres références et notes sur l'univers médiéval, je suis totalement preneur.
Je pense cependant que nous déplacerons cela dans la section Taverne Multivers.
avatar
Ewakhine Do'varden
Admin

Messages : 588
Date d'inscription : 16/05/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://klaewyss.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Encyclomédication

Message par Reips Hunt le Lun 4 Jan - 22:17

Boaf..; j'ai pioché ici et là diverses info lors de mes vacances. J'ai surtout beaucoup laissé voguer mon imagination en imaginant la vie misérable de l'époque. Surtout aux environs du vIIIème siècle.

_________________
L'important n'est pas de pouvoir, mais de faire croire que l'on peut.

CIA
avatar
Reips Hunt

Messages : 175
Date d'inscription : 09/06/2014
Age : 26

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Encyclomédication

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum