Quand on sent le souffle de l'inspiration

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Quand on sent le souffle de l'inspiration

Message par Orénoque le Jeu 26 Juin - 11:02

Vous là... Oui vous, noble aventurier(ère). Si vous avez franchi le pas c'est que vous êtes disposés à lire de la poésie et peut-être même à critiquer. Je vais donc vous donner cette possibilité en vous faisant lire certains de mes poèmes. Commençons gentiment par le tout dernier rédigé et finit. Une autre est en cours mais ça fait quelques mois déjà qu'il reste inachevé par manque d'inspiration/idées.

Coeur savoureux, cœur amoureux
Battant un tempo harmonieux,
L'on t'a dit de pierre et de glace
Car tu n'avais pas vu la Grâce.

Haineux, rebelle et belliqueux,
Pour personne tu ne battais.
Et du Bonheur, tu t'écartais.
Va, bat d'un tempo mélodieux.

Amoureux fou, tendre amoureux,
Ne refuse pas la passion.
Jette toi complet dans ce feuillages
Qui t'offre sa bénédiction.

Rêve d'elle, de cette dame,
Rêve de celle que tu aimes.
L'origine de cette flamme
Consumant ce que tu parsèmes.

Laisse la enfin t'envoûter,
Ose découvrir la douceur,
Ne t'isoles pas, cœur buté,
Ne cède pas à cette peur.

Ose battre pour cette fille.
Je le sens bien, que tu vacilles.
Tu l'aimes, ne bats que pour elle,
Tu sembles même avoir des ailes.

Totalement, complètement
Envoûté, touché par la Grâce.
Loin d'elle, tu as cette audace
De ralentir tes battements.

Tu oses nier son image,
Tu essayes de l'oublier
Mais ton esprit te fait barrage
Et tu te remets à prier.

Enfin, tu écoutes l'appel,
Tu te soumets à cette Belle.
L'amour t'accueille en son sein blanc
Et tu reviens plus fort, plus grand.
avatar
Orénoque

Messages : 26
Date d'inscription : 17/06/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on sent le souffle de l'inspiration

Message par Orénoque le Dim 29 Juin - 10:13

Ô Lucifer, vois en ce regard
Le reflet d'une âme qui s'égare.
Par delà ce si vaste univers,
Tes valets t'adressent leurs prières.

Quel doux répit qu'a la morte mère
Ayant désormais rejoint le Père.

Les fleurs se fanent sur ton passage
Et les enfants ne seront plus sages.
Ô grand Satan, seigneur des enfers,
Bats-nous encore une fois de ton chaud fer.

Quel doux repos qu'a la morte mère
Ayant désormais rejoint le Père.

J'achève cette trop longue lutte
Et m'abandonne à toi, Belzébuth.
Fais tes vœux de ce corps qui se meurt,
De toutes façons, je n'ai pas peur.
avatar
Orénoque

Messages : 26
Date d'inscription : 17/06/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on sent le souffle de l'inspiration

Message par Orénoque le Jeu 3 Juil - 9:35

Ah! Quelle était Belle, cette nuit dans ses bras.
Aventure d'un soir, sous une lune pâle.
Adèle, mon épouse, je t'entends dans les râles
De la fille de joie reposant dans nos draps.

Je t'aime dans mon âme, je t'aime dans son corps.
Je t'aime à en brûler ma peau contre sa peau.
Ici j'entends ta voix, feutrée dans ses "encore"
Qui résonnent en moi et subliment le Beau.

Ô Adèle pardon d'être resté fidèle
A cette Belle dame qui me donne des ailes.
Toi que mon coeur n'appelle et que mon corps renie
A disparu en disant "Notre histoire est finie".
avatar
Orénoque

Messages : 26
Date d'inscription : 17/06/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on sent le souffle de l'inspiration

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum