Ignorance, paranoïa et coucou c'est moi tu veux un bisou ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Ignorance, paranoïa et coucou c'est moi tu veux un bisou ?

Message par Elynn le Lun 23 Juin - 11:36

Prénom : Elynn
Race : Humaine
Âge : 24 ans
Taille : 174 cm
Poids :52 kg


Bourse : *
Dieux : Alana, Safonicaln et Annélianne
Réputation :
Neutre, les personnes qui l’ont croisée se souviennent d’elle comme d’une fille discrète, ou totalement excentrique, ou un peu arriérée, ou …


Description physique :
Fine et élancée, Elynn à une stature sportive sans être musclée, forgée par l’habitude de marcher ou de monter. Les cheveux bruns, lui arrivant au bas du dos, elle les noue le plus souvent en une longue natte.
Elynn a de grands yeux violets qui compensent des pomettes un peu larges et une bouche un peu trop grande.
Actuellement :


Vêtements actuels :
Elynn se balade le plus souvent dans une robe d’été légère et coloré avec un sac sur le dos dans lequel de trouve un manteau à capuche en cas d’intempéries.
Des bottes de cuir noir, solides et pratiques mais néanmoins élégantes, viennent compléter l’ensemble.


Psychologie :
D’un naturel toujours joyeux, souriant et dynamique, Elynn cache cependant de profondes failles qui provoquent des épisodes psychotiques à haute intensité. Elle réagit à certains mots par une paranoïa fulgurante ou sombre dans la dépression pour retrouver son caractère enjoué l’instant d’après.
Ignorant elle-même d’où elle vient et où elle va, elle oublie tout ce qu’il lui est arrivé une heure à peine après que ça ce soit produit.

Devise :
Coucou, c'est moi. Ou peut-être pas ...

BackGround
Elle-même ignore d’où elle vient, les seuls indices de son passés sont une séries de fioles de toxines et de produits en tout genres et d’aiguilles qu’elle transporte en permanence dans son sac et une certaine capacité à les utiliser.

-- Commentaires autorisés ! --
avatar
Elynn

Messages : 63
Date d'inscription : 20/06/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Backdround d'Elynn pour GN abandonné

Message par Elynn le Ven 26 Juin - 14:27

[hrp] Ce qui suit est le début d'un background pour un GN dans lequel je vais jouer Elynn. La forme est donc différente des posts que l'on peut voir d'ordinaire pour s'adapter aux background de l'équipe de GN. Il s'agit toutefois bien du même personnage [/hrp]

Je venais de réussir ma dernière mission quand les choses ont commencées à prendre une tournure étrange. Je le sais parce que je ne m’en souviens pas le moins du monde, étrange non ? Ne t’en, fais pas, on s’y fait, on se fait à tout.

Le premier truc à savoir pour espérer comprendre la suite, c’est que j’ai un talent. Bon, pas un talent très reluisant mais au moins il me permet de gagner de quoi vivre. Tu veux vraiment savoir ? C’est simple, je rends les gens qui sont vivants… un peu moins vivants, voire même beaucoup moins vivants. Je t’avais prévenu que ce n’était pas joli, joli. A cela près que je sais qui sont les gens qui reçoivent mes soins et que la plupart du temps, il n’y a pas grand monde pour se plaindre de mon intervention.

Enfin ça, c’est ce que je suppose, parce qu’il y a un deuxième point qui rend les choses un tantinet plus compliquées mais tellement plus drôles. J’ai un accord avec quelqu’un et j’ai déjà rencontré des magiciens. C’est cool, non ? D’accord, ça manque peut-être un peu de détails.
Pour faire court, mon premier souvenir, le plus ancien, est celui d’un homme me disant que j’avais été engagée, que j’aurai des contrats à exécuter et qu’après chacun d’eux, ma mémoire serait effacée sur la durée de la mission grâce à un sceau qui m’avait été apposé.

Voilà donc où j’en étais ce jour-là. Assise sur une branche principale d’un grand arbre, avec en tête le souvenir des trente secondes qui avaient précédées et un vide avant cela. Comme à chaque fois je trouvais près de moi une bourse pas trop mal remplie et suffisamment de dards de lancer pour regarnir mon stock. Le truc qui changeait, c’est que je commençais à saturer de tout ça. J’avais envie de me garder quelques souvenirs sous le coude, et de rencontrer du monde.

Ces derniers temps j’avais cumulé les missions, ne me gardant qu’un jour ou deux entre deux, parfois moins, pour me reposer, si bien que depuis presque trois ans, je pouvais à peine compter un mois de vrais souvenirs, et tous dans des tavernes plus ou moins glauques ou je n’allais que pour manger et dormir quelques heures avant de repartir.

Je suis donc partie, en quête de quelque chose de nouveau, et avec un peu de chance, de mon histoire.


Dernière édition par Elynn le Mar 30 Juin - 14:14, édité 1 fois (Raison : Ce background était trop compliqué et trop basé sur le personnage RP. Cela rendait les choses très confues. Je l'ai donc abandonné pour quelque chose de plus simple et de plus clair, j'espère.)
avatar
Elynn

Messages : 63
Date d'inscription : 20/06/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Backdround d'Elynn pour GN - deuxième version : repos forestier

Message par Elynn le Mar 30 Juin - 14:15

[hrp] Ce qui suit est le début d'un background pour un GN dans lequel je vais jouer Elynn. La forme est donc différente des posts que l'on peut voir d'ordinaire pour s'adapter aux background de l'équipe de GN. Il s'agit toutefois bien du même personnage, quelques années après ses aventures dans klaewyss. [/hrp]

« Coucou toi, comment tu t’appelles ? Dis-moi, tu es mignon mais pas très bavard.»

Devant moi se tenait un jeune félin qui me regardait avec un air partagé entre la curiosité et la crainte. Je tendit ma main vers lui dans l’espoir de l’amadouer et de le faire venir mais il en décida autrement et choisit de me tourner le dos et de s’éloigner sans se retourner. Un peu déçue, je repris moi aussi ma route tout en chantonnant et oubliai bien vite l’insolence et l’attitude pleine d’orgueil de l’animal. Il se croyait supérieur à moi, soit, grand bien lui fasse, je n’allais pas m’en faire pour si peu. J’ai donc repris ma route vers ma prochaine destination, pour l’instant encore inconnue.

Je réalise toutefois que je parle, je parle, mais je ne me suis même pas encore présentée. Je m’appelle Elynn. Oui, Elynn tout simplement, si jamais j’ai eu un jour un nom de famille, voilà bien longtemps qu’il a disparu de ma mémoire. Mais ne vous en faites pas, ce n’est pas la seule chose qui ai disparu de ma mémoire, je vous expliquerai si vous êtes sages, et surtout je compte bien tout retrouver.

J’avançais donc au hasard, laissant le vent et mes envies me porter dans cette forêt qui se révélait être splendide. J’ai erré plusieurs jours ainsi, profitant d’une liberté de mouvement grisante. Il était tellement bon de ne pas être soumise aux contraintes habituellement imposées par la vie en communauté, toutefois, il vint un moment ou la chaleur humaine commença à me manquer. Si je suis en effet une fille joyeuse, la joie n’a d’intérêt que si elle peut être distribuée et partagée. Comme je le dit toujours, c’est bien plus drôle de danser avec un partenaire.

C’est donc tout naturellement que je me suis dirigée vers le premier village dont j’ai aperçu l’existence. Il s’agissait d’un petit hameau en bordure de forêt qui subsistait, et même croissait grâce à l’industrie du bois. C’est un joli mot « croissait », ça fait penser à un bon petit déjeuner, ou à un croissant de lune. Le croissant serait un croisement entre le croustillant d’un matin enfantin et la crainte mêlée de sérénité de la froide obscurité que l’on voit arriver inexorablement.

Quoi qu’il en soit, je me suis alors naturellement dirigée vers la première personne que j’ai vu en sortant du bois. L’homme était grand, une barbe drue lui mangeait les joues et le menton et il portait des vêtements de tissu solide en plus d’une hache sur l’épaule. Une vraie caricature de bucheron. Il avait l’air sympathique mais parût sincèrement étonné de me voir émerger ainsi des fourrés, traçant à travers les buissons dans ma robe verte (je le sais parce qu’il m’en a reparlé après ce cette robe verte, peut-être qu’il n’aime pas le vert. Mais pour quelqu’un qui vit dans les bois, c’est dommage.)

Je suis restée pas loin d’une semaine dans ce petit village. Les gens y étaient adorables. Dès qu’ils ont su que je n’avais pas de logement fixe ni de destination précise, ils ont insisté pour que je reste quelques jours. Ils étaient tellement mignons que je n’ai pu résister mais bien que c’ai été une semaine reposante, l’énergie et l’activité omniprésente des grandes villes me manquait. En une journée j’avais fait le tour du patelin, et si j’avais compris une chose, c’est qu’ils faisaient tout dans la demi-mesure ici. Il n’y avait pas le calme de la pleine nature, mais pas non plus l’activité des villes. Je crois que je ne suis pas faite pour la demi-mesure, trop plan-plan.

Je suis donc rapidement repartie. Le village était accolé à une rivière qui les fournissait en eau pure, en poissons et leur servait de moyen de transport quand ils voulaient exporter leurs produits. J’ai choisi en conséquence de suivre le cours de cette rivière, j’avais au moins la certitude de trouver plus bas de nouvelles villes. Cependant, Arthur, l’homme qui m’avait accueillie à mon arrivée, n’a pas voulu que je reparte ainsi et m’a offert un bâton de marche. Celui-ci lui appartenait auparavant, il était dur et solide, fiable, un peu à l’image d’Arthur en fait. Parfois un peu encombrant mais je n’ai jamais regretté de l’avoir avec moi, tant il m’a tiré de bien des mauvais pas.

Quoi qu’il en soit, après trois jours de marche accompagnée de mon magnifique nouveau compagnon tout de bois, bien que je devrais dire de glace vu son peu de conversation, je suis enfin arrivée au village suivant. C’est en voyant les réactions des usagers de la taverne que j’ai compris que j’aurais pu mettre beaucoup moins de temps si j’avais choisi de me lever avant l’heure de midi pour prendre la route. Mais je suis tombée sur une petite clairière à mi-chemin au sol moussu tellement confortable que ça aurait été criminel de ne pas en profiter.

Il s’agissait cette fois d’un village commerçant. Ici, deux rivières se rejoignaient pour former un fleuve. La plupart des transports de marchandises se faisant par bateau, c’était tout naturellement que les premières habitations s’étaient transformées en un carrefour commercial. Au vu de l’importance de la ville et du nombre de personnes et d’histoires qui circulent, je me suis dit que c’était un endroit parfait pour commencer mes recherches.


objectif:
Pour toute information sur la finalité et l'univers de ce background : http://www.kandorya.net


Dernière édition par Elynn le Jeu 16 Juil - 11:43, édité 4 fois
avatar
Elynn

Messages : 63
Date d'inscription : 20/06/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Backdround d'Elynn pour GN - deuxième version : rencontre urbaine

Message par Elynn le Mer 1 Juil - 12:04

[hrp] Ce qui suit est le début d'un background pour un GN dans lequel je vais jouer Elynn. La forme est donc différente des posts que l'on peut voir d'ordinaire pour s'adapter aux background de l'équipe de GN. Il s'agit toutefois bien du même personnage, quelques années après ses aventures dans klaewyss. [/hrp]

Je vous ai dit que j’avais quelques problèmes mémoriels, vous vous rappelez ? Le fait est qu’au moment où je me trouvais dans cette ville, je ne me rappelais qu’environs les deux-trois dernières semaines de mon passé, au-delà de ça, je commençais à avoir des trous noirs de plus en plus longs. Les seuls indices à ma portée se comptaient dans ce que j’avais sur moi. Une robe colorée, un sac en cuir contenant quelques bricoles et mes dards de lancer avec des fioles de produits. Ces derniers étant plus ou moins bénéfiques pour la santé, souvent moins que plus en fait.
Voilà toutes les informations que j’avais à ma portée, tout ce qui me constituait, moi et mon histoire. Mais pour la première fois de ma courte vie, cela ne suffisait plus, je voulais d’avantage. Je voulais savoir qui j’étais.

Mes pistes de recherche s’avéraient cependant assez maigres, il faut le dire. Je ne savais par où commencer, j’ai donc choisi de rester dans les environs, mes jolies petites oreilles grandes ouvertes pour trouver un quelconque indice, aussi infime soit-il. Alors que je m’attendait à entendre parler de tout et de rien, du mauvais temps ou du temps qui passe, en bref, les préoccupations habituelles, ce fut une toute autre histoire qui me parvint le plus souvent.

C’était l’histoire d’un étang, ou d’un lac qui avait complétement dépéri, tué et empoisonné par un mal inconnu qui se répandait de plus en plus largement. C’était l’ensemble de l’écosystème de la région qui était en train de mourir de façon dramati-tragi-effroyable. Les passants qui venaient raconter cette histoire étaient tous tellement désespérés qu’ils ont failli me faire perdre ma joie de vivre, pendant trois jours je n’ai plus eu le cœur à chanter.

L’idée m’est passée par la tête que je pourrais aller voir, ne serait-ce que pour jeter un œil mais, bien que ma curiosité ait failli faire pencher la balance, je m’y refusais. Tout cela avait l’air tellement morbide que j’en déprimais d’avance en pensant à tous ces pauvres petits animaux pour qui ce point d’eau était une source de vie et d’espoir et d’amour, un petit coin de paradis qui c’était transformé en enfer de mort et de destruction. J’essuyais une larme et comme je n’aurais probablement rien pu y faire, choisi de ne pas m’en préoccuper outre mesure.

Là où les choses se sont gâtées, c’est quand un homme a semblé me reconnaitre. J’ignore pourquoi et son visage m’était inconnu mais lui semblait avoir déjà vu le mien car quand il m’a aperçue, il a crié quelque chose que je n’ai pas compris et a commencé à courir dans ma direction. Ni une ni deux, j’ai pris la fuite à toute jambe. Cette petite course improvisée m’a fait un bien fou, il faut le dire. J’appréciais la mécanique de mes muscles qui jouaient, de mon souffle régulier, de mon cœur battant la chamade en envoyant des flux d’adrénaline dans mes veines. C’était grisant. Cela faisait longtemps que je n’avais pas fait d’effort ainsi et j’éclatai de rire presque malgré moi.

Dès que possible, je me suis engouffré dans une ruelle et, hors de vue de mon poursuivant pour quelques instants, j’ai grimpé le long d’un mur pour atteindre le rebord d’une fenêtre à un peu plus de deux mètres du sol. Comme prévu, l’individu arriva quelques secondes plus tard mais ne s’arrêta pas. Pour me voir, il eut fallu qu’il lève les yeux directement dans ma direction et personne ne lève jamais les yeux.

Une fois assurée que le méchant homme était bel et bien parti, je recommençai à respirer. Les battements de mon cœur commençaient à s’apaiser quand un tapotement sur la vitre de la fenêtre à laquelle j’étais adossée failli les faire s’arrêter définitivement. Je me retournai pour voir une gamine qui devait avoir à peine plus de cinq ans, le nez collé à la vitre et un voile de condensation s’élargissant sur le verre au niveau de sa bouche. Oubliant que la condensation était de l’autre côté de la vitre, je dessinait un cœur du bout du doigt sur celle-ci puis, après avoir gratifié l’enfant d’un léger clin d’œil, me laissait tomber sur la chaussée et reparti d’un pas sautillant en sifflotant. Il me fallut quelques minutes avant de réaliser quelque chose de crucial, il y a quelqu’un dans cette ville qui sait quelque chose sur moi que j’ignore. Et c’est un drôle de mot quand même « crucial »…

Excitée par cette course-poursuite et par manque de réflexion, j’étais sure de pouvoir retrouver cet individu les jours suivants, en ma promenant dans la ville. Une bonne fée m’avait conduit jusque-là et l’avait amené à moi, elle ne pouvait pas m’abandonner maintenant. Mais quand je suis retournée au lieu de notre rencontre, il me fut impossible de le retrouver. Je n’avais de lui que sa description physique et nombre de gens que j’interrogeais ignoraient de qui je voulais parler. Il me fallut presque trois heures pour enfin obtenir son nom mais l’homme que je questionnais alors n’en savait pas plus et ce n’est qu’au bout de deux jours que j’ai pu obtenir un indice valable, il était parti en direction d’une ville côtière. Il semblait que c’était à mon tour de lui courir après.


Dernière édition par Elynn le Jeu 16 Juil - 11:42, édité 5 fois
avatar
Elynn

Messages : 63
Date d'inscription : 20/06/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Backdround d'Elynn pour GN - deuxième version : altercation portuaire

Message par Elynn le Mer 1 Juil - 12:04

[hrp] Ce qui suit est le début d'un background pour un GN dans lequel je vais jouer Elynn. La forme est donc différente des posts que l'on peut voir d'ordinaire pour s'adapter aux background de l'équipe de GN. Il s'agit toutefois bien du même personnage, quelques années après ses aventures dans klaewyss. [/hrp]

Quand j’arrivais enfin dans la ville qui m’avait été indiquée, après une semaine de voyage en alternant entre une marche qui commençait à user mes pauvres petits petons et des courses en charrettes cahotantes, ma foi plutôt amusantes, je fus soulagée de retrouver un environnement familier. Je connaissais bien évidemment les campagnes et forêts, mais je suis une fille des villes. J’ai besoin de cette agitation constante, de ce fourmillement de vie qui m’alimente et me permet de rester pleine d’énergie mais que, malheureusement même les petits villages croisés sur ma route ne parvenait pas à imiter.

Ce à quoi je ne m’attendais pas, en revanche, c’était à la mer. Je connaissais bien sûr, de nom et par les descriptions que l’on m’en avait faites, de plus en plus nombreuses à mesures que je m’approchais d’elle. Mais je ne l’avais jamais vue en vrai.

Comme à chaque fois que j’arrivais dans une nouvelle ville, j’avais commencé  par trouver le plus haut bâtiment de celle-ci et je l’avais escaladé. Cela me permettait de rapidement prendre mes points de repère. Mais cette fois je ne m’attendais pas à découvrir un tel spectacle. Dans la direction presque directement opposée à celle de mon arrivée, un éclat de lumière avait attiré mon regard. J’avais alors pu contempler cette étendue bleue-argent absolument magnifique qui s’étendait jusqu’à perte de vue. J’en venais même à distinguer l’horizon, malgré tous les efforts que semblait déployer la mer pour se fondre avec le ciel. Ou peut-être était-ce l’inverse.
Il me fallut un bon moment avant de me rendre compte que des larmes coulaient abondamment sur mes joues sans que j’y prenne garde. Je suis alors redescendue, l’esprit curieusement en paix et je suis repartie en marchant tranquillement, toujours joyeuse mais emplie d’une douce mélancolie dont j’ignorais l’origine.

Le lendemain de mon arrivée, je retrouvais enfin la trace de cet individu qui m’avait mené là. Fort heureusement pour moi, il était assez connu dans les environs. Il s’agissait en effet d’un marin assez réputé dans la région, pour la quantité et la diversité des poissons qu’il ramène mais aussi pour son caractère parfois un peu trop semblable à la mer sur laquelle il navigue. Calme en apparence mais imprévisible et surtout redoutable lorsqu’il se met en colère. Le genre d’individu qu’il ne faut pas trop chauffer sous peine de se prendre un retour de flamme digne des feux de l’enfer, et je ne tenais pas particulièrement à finir en barbecue, quand bien même l’idée de la viande grillée était tout particulièrement alléchante.

Il restait un problème cependant, mes recherches m’avaient en effet appris qu’il comptait prendre la mer avec tout son équipage le soir même avec la marée haute. En temps normal, ça n’aurait pas été un problème et j’aurais eu tout le loisir de l’intercepter pour l’interroger. En temps normal… Seulement là, avec son départ pour plusieurs semaines, il restait sur le quai à donner ses ordres à l’équipage, entouré des caisses mais surtout entouré de monde. J’ai bien vite compris qu’il me serait impossible de l’atteindre avant son départ. En revanche, rien ne m’interdisait de m’amuser un peu.

Sachant par expérience qu’il est beaucoup plus facile de piéger une proie lorsqu’elle est déstabilisée, je me suis attelée à créer le chaos dans cet équipage. J’observais les allées et venues de chacun, à l’affut de la moindre occasion. Je gambadais sur les toits en chantonnant juste assez fort pour que seuls les matelots les plus proches de moi croient entendre quelque chose sans toutefois en être certain. Mais le temps qu’ils s’approchent, pour ceux qui osaient, j’étais déjà loin.
Alors que je m’amusais déjà comme une petite folle, une opportunité pour le moins inattendue s’est présentée. Un des membres de l’équipage qui transportait je ne sais quelle caisse s’est tout d’un coup engouffré dans une ruelle inoccupée. Je sautais alors mentalement de joie et désescaladais le mur pour arriver en douceur derrière l’imprudent et le suivi pendant quelque pas en retenant un gloussement avant de lui taper sur l’épaule. J’ai cru qu’il allait s’effondrer là, raide mort de peur, ce qui aurait été pour le moins dommage, il faut le dire, mais il se retourna d’un bond… pour se retrouver avec une de mes aiguilles plantée dans le cou. Tout ce qu’il dû voir avant de perdre connaissance fut le sourire un brin narquois de l’éclatante et splendide jeune fille que je suis. Comment ça j’en fais un peu trop ?

Vérifiant que personne n’avait assisté à la scène, je récupérais mon aiguille enduite de somnifère et remontais à l’abri des regards. J’avais laissé le corps endormi en plein milieu de la ruelle et il ne fallut pas longtemps pour qu’on le découvre. Un petit démon en moi se réjouissait au plus haut point du chaos engendré petit à petit et qui s’autoalimentait en se nourrissant de la crainte et des rumeurs des matelots.
J’assommais ainsi un, puis deux autres hommes quand, manquant de me faire prendre, je décidais que c’en était assez et que je pouvais me risquer à monter à bord du navire en partance sans me faire repérer tant la confusion était grande. Je trouvais alors un petit coin entre deux séries de caisses en fond de cale et me planquait là, sous une bâche, prête à saisir la première opportunité. C’est dans cet endroit légèrement malodorant et dans une position pour le moins inconfortable que je m’endormis.

Lorsque je me suis réveillée, un léger mais grandissant roulis agitait le bateau et me donnait presque immédiatement la nausée. C’était pour moi une sensation totalement nouvelle de sentir ainsi le plancher se mouvoir sous mes pieds d’une façon qui n’était pas le moins du monde naturelle. Après être sortie de ma cachette j’avais voulu rejoindre la trappe de la calle la plus proche mais, le temps d’y arriver, j’avais déjà fait trois câlins improvisée aux parois qui risquaient fort de laisser quelques marques non souhaitées sur ma peau. Quand j’ai enfin pu atteindre l’échelle de la trappe, je m’y suis accroché de toutes mes forces, du moins celles qui me restaient encore, en respirant le plus profondément possible sous peine de voir ressortir de mon petit estomac mon dernier repas. J’avais eu du lapin grillé accompagné de petites patates. C’est délicieux les patates et ça aurait été du gâchis de les laisser s’en aller.

« De petites patates pas tentées par le potiron ni par les pâtes aux petits pois tâtées par des taupes. »


Cette petite litanie me fit enfin retrouver le sourire, les quelques secondes de réflexions dont j’avais eu besoin pour déterminer tous les termes de cette allitération m’avaient fait oublier le mal qui me hantait… et qui revint dès que j’y repensai.

Tant bien que mal, j’ai grimpé les quelques échelons qui menaient au pont principal et entrebâillé la trappe pour regarder autour de moi. Je me trouvais sur le pont d’un navire, bien que le fait que j’ai été dans la cale d’un navire l’instant précédent aurait pu me mettre la puce à l’oreille mais il parait que ça gratte, les puces. J’avais l’espoir que je pourrais me déplacer discrètement, sans que l’on me voie, mais avec tout le monde qui s’affairaient là, l’inévitable arriva et j’entendis bien vite un cri d’alerte. Je voulu m’enfuir mais après trois enjambées je me retrouvais contre le bastingage sans autre possibilité de m’échapper que de sauter à l’eau. Option que je me refusais encore pour l’instant, j’étais ici pour une bonne raison et je ne comptais pas repartir avant d’avoir obtenu une réponse à mes questions.


Dernière édition par Elynn le Jeu 16 Juil - 12:10, édité 6 fois
avatar
Elynn

Messages : 63
Date d'inscription : 20/06/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ignorance, paranoïa et coucou c'est moi tu veux un bisou ?

Message par Elynn le Mer 1 Juil - 12:04

réservé pour suite du bg
avatar
Elynn

Messages : 63
Date d'inscription : 20/06/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ignorance, paranoïa et coucou c'est moi tu veux un bisou ?

Message par Ewakhine Do'varden le Dim 5 Juil - 9:03

Han trop cool !

Tu vas faire vivre ton personnage lors d'un GN ! Une tueuse aussi gentille qu'Elynn dans un champ de bataille tel que celui de Kandorya ? Je ne donne pas cher de leurs peaux. *grand sourire*

En tout cas, ton background dédié à ce GN, bien que modifié, me semble très bien convenir au personnage. En tout cas, je retrouve bien la Elynn que Lysihenn a pu croiser.
Concernant la partie GN en particulier, pourrais-tu nous dire ce qui constituera ta panoplie en terme d'habillement et d'équipement ? Cela m'intéresse de voir ce que tu réaliserais en priorité pour ton personnage et ce que tu laisserais de côté pour le représenter.
J'suis pas contre des photos de certaines parties de ton équipement d'ailleurs ! (On peut envisager d'ouvrir une rubrique pour parler GN dans Inarlyth).

Voilà, voilà. J'attends de lire les autres parties du background d'Elynn pour ton GN (ou non) et de la découvrir plus encore.
Hâte de la revoir en chatbox d'ailleurs.
avatar
Ewakhine Do'varden
Admin

Messages : 575
Date d'inscription : 16/05/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://klaewyss.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ignorance, paranoïa et coucou c'est moi tu veux un bisou ?

Message par Elynn le Mer 8 Juil - 7:23

Coucou,

Voui, ça va être un massacre. Very Happy

Pour l'équipement, ça ne va pas être très compliqué. La difficulté d'Elynn se trouve plutôt dans son caractère je pense. Même moi je ne suis pas aussi joyeuse en permanence.^^

J'aurai une robe verte (elynn est toujours en robe et le vert est la couleur du camp que je rejoins), un long manteau, vert aussi à priori, qui reste à faire, des fléchettes de pistolet nerf en guise de dards de lancer, et un bâton de marche/combat, sur lequel on est en train de travailler avec Alistair.
Et j'oubliais un sac à main en cuir.

La suite du background arrivera sous peu, je travaille dessus petit à petit. La difficulté étant de le raccorder à ceux de ma future équipe.
avatar
Elynn

Messages : 63
Date d'inscription : 20/06/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ignorance, paranoïa et coucou c'est moi tu veux un bisou ?

Message par Ewakhine Do'varden le Mer 8 Juil - 7:39

Rho, genre t'es pas aussi joyeuse qu'elle en permanence ? Fichtre alors, on m'aurait menti ? Mais plus sérieusement, je reconnais qu'elle a toujours eu un équipement simple et que la difficulté principale de ce personnage est son caractère. Je te souhaite bien du courage pour la jouer ainsi !

D'ailleurs, tu parles d'un bâton de combat, de dards de lancer, aura-t-elle une dague aussi ?
Je suis aussi curieux de savoir comment vous allez vous organisez dans votre petit groupe et ce que Elynn fera en particulier. J'ai entendu parlé d'attaque de nuit à Kandorya, j'ignore si ça se fait mais ce serait assez drôle de balancer une Elynn dans un camp ennemi avec un grand sourire joyeux pendant qu'ils dorment. *grand sourire*

J'espère que ta future équipe t'aide à construire ce background et qu'ils ne font pas trop traîner. On veut la suite, nous !
avatar
Ewakhine Do'varden
Admin

Messages : 575
Date d'inscription : 16/05/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://klaewyss.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ignorance, paranoïa et coucou c'est moi tu veux un bisou ?

Message par Tylenn le Dim 12 Juil - 21:17

Ahhhh super !!!! J'ai hâte de te savoir comment Elynn va rencontrer les Chimères, et surtout hâte de me battre et missionner à tes côtés en septembre Very Happy Je veux balancer des bouquins ^^ D'ailleurs, il faut que j'en craft quelques uns...
avatar
Tylenn

Messages : 29
Date d'inscription : 11/12/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ignorance, paranoïa et coucou c'est moi tu veux un bisou ?

Message par Ewakhine Do'varden le Lun 13 Juil - 11:24

Lancer des bouquins ? Ah oui carrément, je suppose que c'est une arme comme une autre. *sourit*

Et sinon, Elynn, je ne peux que saluer ton écrit, une fois de plus. Tu ravis ton Mentor qui n'aurai à te reprocher que le fait que sauter une ligne par paragraphe ça fait un peu trop. Tu ferais bien d'essayer de grouper tes paragraphes en parties.
Concernant le contenu, j'aime particulièrement comment c'est amené. J'attends donc la suite avec impatience, ayant hâte de voir moi aussi, comment tout cela va se goupiller et sur quoi tu vas nous amener.

(D'ailleurs si tu sens qu'il te manque de la place, je pense que tu peux grouper tes post de BG précédents.)
avatar
Ewakhine Do'varden
Admin

Messages : 575
Date d'inscription : 16/05/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://klaewyss.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ignorance, paranoïa et coucou c'est moi tu veux un bisou ?

Message par Tylenn le Lun 13 Juil - 13:52

Ewakhine Do'varden a écrit:[i]Lancer des bouquins ? Ah oui carrément, je suppose que c'est une arme comme une autre. *sourit*

Ça risque d'en surprendre quelques uns, mais étant à la base une compagnie d'archivistes nous avons pensé que ça pourrait être marrant, et qui sait, peut-être révolutionnaire ?! Après tout, il y a bien des chopes à balancer, alors pourquoi pas des livres !

Je salue le Mentor au passage, dont l'élève est plutôt très douée. Il faut maintenant voir ce qu'elle vaut sur le terrain ! Twisted Evil
avatar
Tylenn

Messages : 29
Date d'inscription : 11/12/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ignorance, paranoïa et coucou c'est moi tu veux un bisou ?

Message par Ewakhine Do'varden le Lun 13 Juil - 14:03

Ah non mais je ne dis pas ! Effectivement si vous êtes une compagnie d'archivistes, la raison s'explique assez naturellement et je reconnais que se recevoir un pavé ou une chope sur la face, on le sens passer. Mais... c'est sacrilège de lancer des bouquins ! ><

Et d'ailleurs, quel sera ton personnage à toi ? Pourquoi ne pas nous faire une petite présentation séparée de celle d'Elynn afin de garder un peu en cohérence ?
Je me demande d'ailleurs comment tu comptes faire tes... livres de lancer. *a tellement du mal à envisager qu'on puisse lancer des livres*

*plus bas pour Tylenn* En vérité, je n'ai pas eu grand chose à faire. Mais ça, faut pas le dire, sinon on me retire mon job direct.
avatar
Ewakhine Do'varden
Admin

Messages : 575
Date d'inscription : 16/05/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://klaewyss.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ignorance, paranoïa et coucou c'est moi tu veux un bisou ?

Message par Elynn le Lun 13 Juil - 14:35

*Saute de joie*

Voui, on va lancer des gros bouquins à la tête des gens, ça rentre mieux comme ça. Ils apprennent plus vite.

Et puis le savoir c'est le pouvoir. N'importe qu'elle personne qui s'est déjà prix une encyclopédie dans la tête te diras la même chose, cher mentor.

*Se tourne vers Tylenn*
C'est vrai ? c'est vrai ? c'est vrai ? Tu vas poster ton background aussi ?
avatar
Elynn

Messages : 63
Date d'inscription : 20/06/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ignorance, paranoïa et coucou c'est moi tu veux un bisou ?

Message par Tylenn le Lun 13 Juil - 14:44

Pour les bouquins, j'imagine faire ça en tapis de sol. J'ai ma petite idée en tête, mais c'est plus facile d'expliquer en image qu'à l'écrit. Il faudra donc attendre que je rentre en France retrouver mon matos et que je m'y attelle. Je posterai alors avec plaisir quelques photos. Certains auront ensuite le plaisir de goûter au poids de la connaissance en pleine face, mouahahaha !!!

Bon, allez, je vais le poster ce BG. Accrochez-vous !!! *sourit*
avatar
Tylenn

Messages : 29
Date d'inscription : 11/12/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ignorance, paranoïa et coucou c'est moi tu veux un bisou ?

Message par Ewakhine Do'varden le Lun 13 Juil - 17:47

Le savoir c'est le pouvoir... oui, c'est certain mais je ne suis pas tout à fait sûr que c'est ainsi qu'on doit comprendre le sens de cette phrase, hein ? Je me trompe peut-être mais hum, ça me semble un tantinet bourrin comme approche. *sourit*

Ah oui, trop cool, Tylenn ! Je veux bien un petit tuto sur comment faire des bouquins de guerre ! Ça peut être fort intéressant. *sourit, imaginant déjà quelques possibilités de scénario GN*
Va falloir que j'ouvre une session dédiée au GN à cause de vous deux si ça continue.

*file voir à présent la fiche postée*
avatar
Ewakhine Do'varden
Admin

Messages : 575
Date d'inscription : 16/05/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://klaewyss.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ignorance, paranoïa et coucou c'est moi tu veux un bisou ?

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum