Aide à la création d'un personnage, par Sibyllina

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Aide à la création d'un personnage, par Sibyllina

Message par Ewakhine Do'varden le Mar 3 Juin - 21:05

Sibyllina a gracieusement accepté que je retranspose son tutoriel de création de personnage ici, je vous le repose donc tel quel. Il a pour but d'aider ceux qui ne savent pas trop comment débuter dans la création d'un personnage. S'il y a des questions, remarques ou commentaires, il est toujours possible de les écrire ici, ce sera remonté à l'auteure.

L'idée trotte dans ma tête depuis longtemps, et j'ai déjà fait plusieurs tentatives pas développées de la chose. Alors là, autant s'y mettre et faire ça bien. De quoi je parle ? Et bien tout simplement une sorte de « tutoriel » pour les gens qui sèchent sur une création d'un personnage, qui cherchent des idées de points à creuser, développer, etc.
Je vais donc donner ma méthode, qui vaut ce qu'elle vaut mais qui a au moins le mérite de marcher pour beaucoup si on la suit calmement et qu'on se concentre.
Car oui, il va vous falloir mettre en branle deux capacités indispensables : l'imagination et la concentration. La première, bien évidemment pour trouver comment remplir certaines parties, et la seconde parce que la création d'un avatar ne soufre pas d'une distraction. Sans quoi, il sera creux, coquille vide sans âme ou bien bancal, avec une « logique de création » qui ne fonctionne pas.

Avant d'entamer le travail, parlons en, de cette expression à rallonge, la logique de création. Qu'est-ce que cette bestiole ?

Avant d'y répondre clairement, il nous faut aborder un sujet lié. La suspension de crédulité. Lorsque vous êtes sur le point de lire un livre, de voir un film, de dévorer un manga ou un comic, il se passe entre vous, lecteur, et l'auteur quelque chose de tacite et de merveilleux. Du moins, si ça ne se produit pas, vous partez du mauvais pied et vous ne profiterez pas pleinement. Cette chose, toute simple, est un accord entre lui et vous. Vous acceptez qu'il y ait de l'incongru, du fantastique, que votre réalité de tous les jours, celle que vous voyez sous les yeux, puisse être déformée selon la volonté de l'écrivain. On appelle ça la suspension consentie de l'incrédulité. Des vaisseaux spatiaux et des colonies éloignées ? Pas de soucis, vous êtes dans la science fiction ! Des elfes, des nains, de la magie ? Aucun problème, cette fois, vous êtes dans l'heroic fantasy. Des meurtres, des flics partout ? Roman policier, bien sûr !
De ce fait, puisque vous acceptez l'irrationnel, l'imaginaire, le fictif quand vous lisez un livre ou regardez un film, il faut faire exactement de même pour la création d'un personnage.

Maintenant que vous avez donc partiellement déconnecté votre raison qui vous dirait « pff, mais non, pas possible ce que tu imagines là », revenons à la logique de création.

La logique de création, si elle n'use pas de la raison, nécessite néanmoins un sens de la logique, beaucoup d'imagination et surtout une réflexion poussée qui marche ainsi : est-ce que ce que je raconte là pour mon personnage est possible et valable dans l'univers où il vit ? Est-ce que si je lui rajoute ce détail, cela ne modifiera pas trop mon personnage et le transformera en un autre ? Qu'est-ce que pourrait penser mon personnage dans ce cas précis ? Que souhaiterait-il faire ?
Ici, votre projection dans l'avenir, dans la peau de quelqu'un d'autre est mise à l'épreuve. Heureusement, ce quelqu'un d'autre, vous le connaissez plutôt bien puisque ce n'est que vous, mais sous une forme différente. Je n'entrerai pas dans les détails techniques mais chaque avatar que vous créez représentera une partie de vous. Du moins, s'il obtient son âme, c'est qu'il l'aura tirée de vous. Autrement, on retombe sur un personnage vide joué avec désillusion et sans y croire. Et faîtes attention, cela se produit plus fréquemment que vous le pensez.

Voilà, l'essentiel est dit. Vous avez mis de côté votre cerveau trop rigide, branché les neurones de la fiction, accepté que ça parte en cacahuète mais imposé des limites pour que votre futur avatar possède sa vie propre. C'est parti !


Certains commencent parfois par le plus dur... L'identité ! Je vous le déconseille fortement à moins que vous ne l'ayez déjà trouvée. En général, l'identité se trouve... A la fin ! Et oui ! Quand vous avez mûrement réfléchi et façonné votre personnage, une liste de noms devient tôt ou tard évidente (enfin, si vous avez de l'imagination et des connaissances en matière de noms, ce qui n'est pas mon cas).

Pour ma part, je commence donc par un physique... C'est souvent ça qui déclenche tout le reste. Voir le personnage, l'imaginer en trois dimensions me motive, me donne envie d'aller de l'avant et, surtout, me donne énormément d'idées. Une géante ? Je la vois, sa taille, sa force, son caractère, tout me vient rapidement. L'histoire n'arrivera qu'après, en cherchant, à l'aide de la logique de création, ce qu'elle a pu vivre jusqu'ici. Un nain bourru ? Pareil, tout défile les uns après les autres. Bien sûr, chez les débutants, cela ne vient pas ainsi... Il faut avoir beaucoup lu, beaucoup joué, beaucoup incarné pour, au bout d'un temps, posséder une telle « bibliothèque » de « vies fictives ».
Étant écrivain amatrice, j'ai donc une petite avance... Pour ça que je vous passe la suite et la développe !

Donc, ce physique !
Quelle est la race de votre personnage ? Est-ce une race rare ? Puissante ? Si oui, sachez que vous commencez mal. En effet, plus le personnage se différencie de ses congénères par sa puissance, plus vous aurez du mal à vous faire accepter par eux et, surtout, par leur joueur. Mais passons, pour l'instant, faisons nous plaisir !

Vous avez votre race ? Alors vous savez déjà d'où provient votre personnage d'après les stéréotypes archi connus ! Elfe ? Forêt ! Nain ? Montagne ! Humain ? Ville ! Vampire ? Ville ou manoir ! Et ainsi de suite. Après, plus vous vous détacherez des stéréotypes, plus vous serez originaux, plus vous émerveillerez les autres. Je vous conseille donc très vivement d'aller à l'encontre de ces stéréotypes, dans la mesure de vos connaissances. Par exemple, créer un elfe qui vivrait dans un manoir aux Carpates, ou un nain magicien en haut d'une tour d'Ivoire, si ça a du potentiel, c'est surtout assez ''casse-gueule''.
Voyons le cas d'un de mes personnages... Une succube. Logiquement puissante créature, venant des Enfers, possédant des pouvoirs dangereux, belle, cruelle, se nourrissant des âmes des humains... Soucis ? Oh, trois fois rien, c'est juste que son âme est humaine et donc ses souvenirs aussi. Du coup, le stéréotype de la vilaine démone vole en éclat, juste en combinant deux en uns : le stéréotype du démon puissant avec celui de la blonde niaise. Et j'obtiens au final quelque chose d'original.
Pour l'instant, restez en aux bases, aux choses simples. Une race, toute bête, connue ou non.

Maintenant, y en a qui passent directement à l'âge, surtout les gens jouant des elfes ou des vampires. Vous avez toujours, dans ce cas, des nombres à trois ou quatre chiffres, comme si ces deux races imposaient forcément de s'être emmerdé pendant des siècles durant à compter des cailloux dans sa grotte. Et oui oui, j'insiste sur le terme grossier. Il est amplement mérité car, je ne sais pas vous, mais moi, je trouve l'idée déprimante... Vivent les personnages débutant dans la vie !
Pour vous en convaincre, voici un explicatif... Passez à l'étape suivante si l'âge ne vous intéresse pas.
Cent années humaines, ça a l'air assez court. Surtout dans notre société où tout va vite et on se retrouve à travailler pendant quarante ans. Néanmoins, ça permet, si vous êtes riche ou audacieux, de visiter pas mal de pays, d'apprendre pas mal de langues et de lire un sacré paquet de livres. Dur à remplir, mais faisable. Maintenant, imaginez 300 ans. Là, vous avez le temps d'apprendre tout ce qui vous tente, de reprendre votre vie deux ou trois fois du début, vous faire plaisir, tenter des choses que vous n'auriez pas imaginé vous intéresser. Pas mal, non ?
Puis 500 années. Là, ça commence à faire long. Période de dépression, sénilité partielle sur la fin, désillusion, vous voyez vos amis mourir, la société changer, les inventions s'enchaîner et vous vous sentez un peu hors du coup.
Et là, bim, 800-1000 ans. Alors, à moins d'avoir des périodes où votre personnage va hiverner pendant quelques siècles pour reposer sa psyché mise à l'épreuve, votre personnage va sûrement tenter de se suicider, deviendra cinglé, s'ennuiera tellement qu'il en viendra à faire des choses absurdes pour se changer les idées. Genre jongler avec les dents de ses victimes, tester l'aérodynamisme des crânes humains, si les chatons, ça brûle bien, et autres choses peu recommandables. Et surtout, votre personnage regardera les peuples et races évoluer d'un air narquois, les considérant comme des gamins. Bonjour la sociabilité...
Donc, vraiment, si vous y tenez, réfléchissez à :
- comment votre personnage a réussi à survivre mentalement si longtemps.
- ce qu'il a pu faire pour remplir sa si longue vie.
Et pitié... Au delà des milliers d'années, vous devenez pire que ridicules. Même les dieux de notre monde n'ont en général pas plus de 2500 ans. Au delà, on va vers les dieux egyptiens et, encore avant, vers les divinités fécondes du genre Vénus préhistorique.
Enfin, si ça vous branche, remplissez ça de suite. Autrement, ça viendra après.

Le physique proprement dit, l'apparence !
Taille, poids, mensuration. Plus vous êtes pervers, plus ce genre d'information vient étonnamment vite. Si, comme moi, vous êtes une quiche dans ce genre de trucs, laissez en attente, cela viendra avec le reste. Au pire, mettez des valeurs bateau selon votre conception de la race que vous incarnez.
Viennent ensuite bien entendu les détails, qui sont bien plus importants que les nombres précédents. Cheveux, yeux, nez, bouche, forme du visage, dentition, cornes, oreilles, forme du corps, musculature, poitrine, couleur de peau, forme des mains et des pieds, ongles ou griffes, attributs secondaires (queue, écailles dorsales, ailes, etc). Faîtes par étape, de haut en bas (très important !). Cela vous évitera d'en oublier et permettra aux gens qui lisent de voir un portrait se dessiner en direct sous les yeux de leur imagination. Comme s'ils vous regardaient de haut en bas (et non, on ne commence pas par la poitrine, messieurs !).


Bien ! Vous avez une apparence !
Maintenant, il faut un caractère !
Y a pas que la beauté extérieure dans la vie !
En simple, demandez-vous quelles sont les qualités et défauts de votre personnage. Oubliez les « sérieux », « solitaire », « enjoué », etc. Réfléchissez aux qualités et défauts. Qu'est-ce qui fait que votre personnage va être aimé ? Qu'est-ce qui peut faire qu'il soit détesté, craint, rebutant ?
Un personnage bien équilibré sera toujours plus passionnant à jouer et à voir évoluer qu'un personnage trop versé dans l'un ou l'autre. Trop de défauts et vous coincerez rapidement, aurez l'impression de ne rien pouvoir faire, les autres personnes en riront au lieu de vous aider. Trop de qualités et les gens vous ignoreront parce que vous abusez ou bien seront jaloux.
C'est comme tout ! Les excès n'apportent rien de bon !
Maintenant, et maintenant seulement, pensez à son visage. Souriant ? Fait la gueule ? Sourit tous les combien ? Fait la gueule tout le temps ? Vous êtes en train, petit à petit, par l'image, de créer un caractère. C'est bien plus constructif de le faire ainsi que d'essayer de poser tout de suite des mots bateau qui résumeront qu'après en réalité sa psyché.
A-t-il des phobies ? Des envies ? A-t-il eu des soucis dans la vie ? Comment y a-t-il fait face ? (notez les informations pour plus tard, ce sont des pistes à creuser pour écrire son histoire !)
Le genre à se décourager ? Foncer tête baissée ? Même pas peur ? Se relève toujours avec dignité ? Court partout à la moindre petite peur ?
Est-ce qu'il a des regrets ? Est-ce qu'il en a « gros sur la patate » ? Ou au contraire, sa joie est communicative ? Peut-être est-il si neutre que tout le monde l'ignore ? Charmeur ? Dragueur ? Moche comme un pou et fier de l'être ?
Et ses manies, ses tocs ? Ses habitudes ?

Voilà, en regardant maintenant ce que vous avez écrit et en prenant du recul, vous voyez petit à petit apparaître une âme dans votre carcasse physique. Collez lui les étiquettes pour son caractère (joyeux, taciturne, lubrique, courageux, etc) si vous ne l'avez pas déjà fait pour résumer tout ce qui vous est venu.


Il a un corps, il a un mental... Maintenant, il lui reste sa vie !
Métier ? Anciens métiers ? Lieu de naissance ? Lieu d'habitation actuel ? Vagabond ? Fuyard ? Hermite ? Riche ? Pauvre mais débrouillard ? Aventurier dans l'âme ? Habitué de bistro ?
Ici, il faut penser et visualiser tous les lieux où votre personnage pourrait aller. Est-ce qu'il est logique (toujours cette logique !) qu'il se trouve, par exemple, dans une cave ? Dans un musée ? Sur un mur défensif d'une ville ? Suspendu par une corde à un piège accroché dans un arbre ?
Et pourquoi pas, après tout ? Le ridicule ne tue pas ! Surtout pas votre personnage ! Un peu de ridicule ou de mauvaise posture donnera un charme tout particulier.
Ma semi-succube est bien niaise et innocente, parfois, malgré un esprit perverti par les souvenirs de son corps démoniaque (la bonne aubaine pour moi, ou comment ne pas avoir à se retenir en tant que joueuse :p).
Petit à petit, si vous faîtes là encore par étape, vous lui créerez une histoire.
Exemple...
Il est né où ? Forêt, hop.
Ensuite, il a grandit où ? Forêt, toujours. Pas de chichi. On dira qu'il est passé d'un vieux chêne à un jeune érable, s'il faut détailler. Pif paf, emballé c'est pesé.
Il a vieilli et s'est tiré, bye bye les parents, bonjour l'autonomie et les premières factures à payer. Bon, il est allé où ? Non, pas une autre forêt ! De l'originalité, tout de même... Et non, pas dans un bar non plus... Enfin, pas encore.
Et après ? Et encore après ? Et ainsi de suite.
Lieu après lieu, vous lui constitué une « carte » de ses déplacements. Cherchez en les raisons, vous obtenez ainsi son passé. Il a dû changer de pays ? Sûrement qu'il a fait une grosse boulette et que sa tête fut mise à prix. Ou bien qu'il a été capturé et embarqué loin de chez lui. Ou alors il est somnambule et fichtrement rapide à la marche à pied !
Le truc le plus dur, c'est souvent de réussir à trouver une raison pour qu'il finisse son parcours là où vous voulez l'amener... C'est pourquoi il est souvent bon d'oublier ce détail et d'improviser une fois le personnage terminé. Ce serait mettre la charrue avant les bœufs autrement.


Un corps, un esprit, une âme et une histoire.
Restent alors que les détails, du genre les pouvoirs, les immunités, les faiblesses face à telle ou telle chose, sa quête existentielle (trouver l'âme sœur ? Devenir célèbre ? Réussir à couper un dragon en apéricubes ? Battre le record de bières à la minute ?)
Tous les petits trucs qui augmenteront encore le charisme du personnage, le différenciera des autres qui, souvent, se contentent de vivre et d'attendre que l'aventure leur tombe sur le coin de la figure. Et croyez moi, parfois, ça fait mal.


Aller ! On lève les bras, on fait un tour sur soi-même, on crie youpi, on se trouve très bête mais au moins, c'est fait ! L'avatar est né !

Sibyllina
avatar
Ewakhine Do'varden
Admin

Messages : 575
Date d'inscription : 16/05/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://klaewyss.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum