RP du 12 Juillet 2014 : Course solitaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

RP du 12 Juillet 2014 : Course solitaire

Message par Sly le Dim 24 Mai - 16:59

Samedi 12 juillet 2014 : 23h50 - 01h27


Participante
Kastela - Exilée



Course solitaire



Kastela : *Elle avait espéré le revoir aujourd'hui. Plus qu'elle ne l'aurait pensé. Ils s'étaient donné rendez-vous, après tout, mais elle ne l'avait pas revu aujourd'hui. Elle n'avait même pas su s'il était sorti de sa chambre, et n'avait pas osé venir frapper. Et d'ailleurs, elle ne savait même pas quelle était sa chambre, se rendit-elle subitement compte. Elle était encore loin d'avoir le don de l'observation qu'avait son corbeau, au final. Ça ne s'apprendrait pas en un jour, remarqua-t-elle, déçue. Finalement, peut-être qu'il ne reviendrait pas vers la taverne, parce qu'il savait qu'elle y était. Peut-être qu'il n'avait pas voulu lui dire qu'il voulait qu'elle se barre tout simplement, parce que ça serait une charge, et qu'il est parti ainsi, de nuit ou de jour, sans un mot sans un avertissement. Peut-être qu'il l'éviterait. Qu'il essaye, elle se rappellerait de son visage. En attendant son retour si retour il y aurait, elle apprendrait d'elle-même. Comme avant. Sur le tas. Elle avait appris à combattre seule.*
Kastela : *Elle n'avait après tout pas besoin de lui pour apprendre à courir. Il lui suffisait de rejoindre la rue de la dernière fois, se disait la fille au Corbeau. Puis elle improviserait. Elle n'avait plus que ça à faire. Son cœur s'écrasait contre sa cage thoracique et son esprit hurlait, ce soir là. Il hurlait de frustration alors qu'elle était restée assise sur un bord de la fontaine pour chercher les étoiles dans le ciel obscurcit. Ainsi frustrée, elle attacha ses cheveux avec une maigre ficelle de cuir usé et se décida à se lever. Courir pourrait même lui faire du bien. Peut-être que ça l'aiderait à oublier se disait-elle. Et peut-être d'une meilleure façon que l'alcool. Songeant aux deux derniers jours, elle ne put s'empêcher de regarder ses pieds. Il aurait été logique de mettre ses bottes, mais elle voulait faire un test ce soir. Elle s'était étrangement dit que, si ses pieds s'habituaient au sol, peut-être même qu'elle courrait avec plus de souplesse. Personne n'irait le lui reprocher de toute façon.*
Kastela : *Elle était Seule à présent, en tout cas l'était-elle en l'absence du Grognard. Un sourire amusé et nerveux passa sur son visage, qui disparu aussitôt, comme si la jeune fille ne voulait pas le montrer. Piétinant doucement le sol de ses deux pieds nus et regardant face à elle pour vérifier l'état du sol, l'ancienne Voyageuse pris une inspiration. Retrouver le chemin ne serait pas nécessairement aisé, mais il fallait qu'elle s'en souvienne. Si elle ne connaissait même pas les rues de la ville sur le bout des doigts, elle aurait bien du mal à connaître comment fuir, n'est-ce pas ? Ce fut avec cette pensée en tête qu'elle commença à trottiner. Comme la dernière fois. Elle ignorait le regard de certains passants mal lunés qui se demandaient probablement qui était cet étrange personnage, défiguré et pieds nus, s’apprêtant à faire une course. Retrouver la rue. Il fallait tout d'abord quitter cette place, se disait-elle en observant autour d'elle, tentant de se concentrer sur son souffle.*

Kastela : *Faire attention à son angle mort serait crucial, se dit-elle rapidement, alors qu'elle allait bien plus vite pour examiner à sa gauche qu'à sa droite. Raison de plus pour mieux connaître son environnement. Elle songea même à faire plus attention aux sons, mais au moment même où son esprit divagua à ce sujet, elle se rendit compte qu'elle avait raté la ruelle. Elle ne reconnaissait pas l'endroit vers lequel elle se trouvait comme faisant partie de sa course. Avec un regard vers le ciel et ses étoiles, elle soupira et repris sa course en faisant demi-tour. Les sons, ça ne serait pas pour ce soir. Se concentrer sur la trajectoire, et ce qui l'entourait. Des rues pavées. Des murs parfois gris et sales, et parfois plus colorés. Certains plus secs que d'autres. Des fenêtres aux volets souvent similaires, des toits dont les tuiles étaient encrassées depuis des années, noircies. Et la ruelle qu'elle pénétrait elle-même avait ses nuances. Elle était étroite, et laissait place à un moment à une porte.*
Kastela : *Cette porte permettait certainement l'accès à un établi, elle n'eut pas plus le temps de l'observer, reprenant sa course de plus belle après avoir grimacé. Son pied avait rencontré un morceau de bois, et elle avait pris le temps de s'arrêter pour l'enlever. Une erreur : elle ne devait pas s'arrêter. Prochain tournant. Quelques déchets sur la route, des crevasses là où les rues commençaient à être moins pavées et laisser place à la terre et au sable, s'éloignant du centre. Cette zone était boueuse à présent, ceci dû à la pluie des derniers jours, ainsi fit-elle attention à ne pas y glisser, continuant sa route. Prochain tournant. Encore des obstacles se disait-elle. De rapides coups d'oeil lui faisaient inconsciemment remarquer certains détails sur les murs : ici un creux qui n'aurait pas dû exister, là une décoloration ou un assombrissement. Parfois de larges fissures qui laissaient songer à propos de l'âge de l'habitat, de l'entrepôt, ou qu'importe ce que cela était. Certains éléments avaient même changé.*
Kastela : *En effet, et cela semblait couler de source, que ça soit des objets perdus, des morceaux de tôle ou des déchets sur la voie, les choses avaient été déplacées par des mains humaines. Comme quoi cette rue était parfois fréquentée, se dit-elle. A cet endroit, la jeune fille fit plus attention à l'endroit où elle mettait ses pieds. Comme c'était sa première course pieds nus, ces derniers étaient encore sensible à la consistance des matériau, à leur forme, et à leur température. Et puis elle mettait encore du temps à observer malgré elle. A chaque ruelle passée, il lui semblait avoir oublié la majeure partie de ce qui la composait pour ne retenir que vaguement un élément qu'elle oublierait certainement le lendemain matin. Il lui fallait déjà peut-être s'occuper de ne pas détruire son principal instrument à l'heure actuelle : ses pieds. Lorsqu'elle se retrouva dans la rue où plusieurs caisses se suivaient pour atteindre un muret, la jeune fille refit les mêmes sauts, bien que de manière plus hésitante.*

Kastela : *Cette nuit là, pas de Grognard pour la guider. Donc elle ne voyait pas les mouvements se faire avant de les faire, ce qui en soit pouvait se retrouver relativement handicapant. Mais le fait était là : elle n'avait non plus personne à rattraper. Alors que ses mains s'agrippaient au muret pour le dépasser après être montée sur les caisses, elle secoua la tête. Deuxième erreur : il fallait qu'elle s'entraîne à courir, pas à traîner des pieds. Reprenant son souffle, elle sauta de l'autre côté pour se réceptionner sans trop de difficultés à son goût. Elle avait senti un petit craquement à la cheville, mais rien d'alarmant : elle avait l'habitude que ses os craquent sans logique, ou alors elle ne comprenait pas cette logique. Courant à nouveau, ses yeux parcoururent cette fois plus vite les éléments de la rue. Elle se rappelait qu'il lui fallait chercher un muret plus haut. Et les escaliers qui suivaient. Et après... Elle aviserait. Retenir, puis improviser. Il lui faudrait des deux, non ?*
Kastela : *Mémoire et... Fluidité ? Non. Nouveau froncement de sourcils. Elle pensait trop en courant, c'était pas bon, notait-elle en tentant de garder une allure soutenue. N'étant plus habituée à courir, sa gorge commençait à lui faire sentir sa présence, un peu irritée. Mais elle ne sentait pas encore de brûlures en respirant, donc elle pouvait y aller, se dit elle. Cela faisait plusieurs minutes qu'elle ne faisait pas allusion au décors. Elle s'en rendit compte lorsqu'elle se retrouva nez à nez avec le plus grand mur. Instinct ! C'était cela, le mot recherché. Demi-tour. Il lui fallait de l'élan, et elle s'était trop déconcentrée. Partant ainsi de plus loin, la jeune fille pris une grande inspiration, piétinant le sol sous ses pieds et secouant légèrement ses mains. Puis couru jusqu'au mur, et sauta à ce qu'elle estimait être une bonne distance. Pas trop près ni trop loin, histoire de rentabiliser son saut et de compenser sa petite taille. Elle l'avait. Il fallait à présent qu'elle passe de l'autre côté.*
Kastela : *Sans, bien entendu, oublier les escaliers. Une crainte habita son esprit à ce moment là. Et si elle se blessait bêtement ? Ses poignets lui avaient fait mal durant plusieurs jours, la dernière fois, et elle avait encore certains bleus dus à sa mauvaise réception. lors que cette crainte s'instaurait dans son esprit, ses pieds touchaient le sol. Elle était en équilibre. Elle l'avait. Elle n'était pas tombée, et ne passerait pas sa soirée à pester sur une mauvaise blessure, ainsi en était-elle heureuse. Deuxième chance pour elle, il n'y avait rien eu pour couper ses pieds. Il était temps d'improviser, se disait-elle en descendant les escaliers de pierre froide. Elle n'avait qu'à tenter de trouver des caisses suffisamment hautes pour monter sur des toits peut-être. Ou bien continuer à courir dans des ruelles normales. Elle ne savait absolument pas ce qu'elle fichait là, se rendait-elle compte en respirant avec puissance. Il lui fallait déjà sortir de la zone où elle se trouvait, et elle n'avait comme choix...*

Kastela : *Que d'aller sauter l'autre muret avec élan. Elle se souvenait à présent. Il l'avait attendue, observée à ce muret. Croyant bien faire, elle n'avait alors pas regardé où elle atterrissait : c'était pour cela que sa première fois s'était soldée à un échec. Alors qu'elle stagnait en piétinant le sol, elle se décida pour une nouvelle accélération en direction du muret d'en face et sauta. Son genoux droit cogna cette fois-ci le muret, qu'elle avait décidé d'aborder de face, et son pied avait raclé la pierre effritée par endroits. Une grimace parcouru son visage alors qu'elle se força à passer de l'autre côté. Sa petite taille ne lui aurait pas permis de se soulever dos au mur en s'aidant de ses bras s'était-elle dit. Mais en réalité, la taille du muret faisait qu'autant d'élan n'était pas nécessaire. C'était sûrement pour cela qu'elle venait de se blesser. Elle y songerait la prochaine fois, du moins le souhaitait-elle. Trois rues se présentaient à elle alors qu'elle était passée de l'autre côté. *.
Kastela : *Léger raclement de gorge. La droite était son choix. Dans son esprit une idée fit place : si elle avait été poursuivie, aller tout droit n'aurait fait que la laisser à la vue de ses assaillants. Mieux valait les perdre, encore fallait-il qu'elle même ne se perde pas... Les rues qu'elle empruntait alors lui semblèrent à nouveau plus facile. Il semblait qu'elle était à nouveau en train de prendre des rues communes. Certes un peu boueuses parfois, mais pas de grandes fantaisies telles des caisses ou des murets. C'était de la course plus conventionnelle qu'elle faisait là, ainsi se permit-elle d'accélérer. Tournant parfois à droite, parfois à gauche, elle se perdit ainsi dans les petites ruelles en tentant de voir le plus de détails possibles pour pouvoir différencier les murs, les murets, les toits, les portes, les dalles et les crevasses également. Parmi ces ruelles, elle en reconnu certaines qu'elle avait visitées lorsqu'elle se cherchait des abris pour la nuit. Elle se souvint même d'une habitation.*
Kastela : *L'habitation en question, elle avait tenté d'y dormir clandestinement, une nuit. C'était plus un taudis de deux pièces qu'une habitation, mais elle avait réussi à se persuader qu'elle pourrait y pénétrer en silence et y dormir. Idée stupide s'il en était, ainsi avait-elle dû se carapater lorsque la propriétaire décida de la chasser violemment. Elle en avait récolté plusieurs griffures, avait déchiré ses vêtements et parfois aussi un peu de chair au niveau des coudes et des genoux. Finalement, elle avait dormi dans la rue. Elle se demandait si cette femme de si mauvais caractère se souvenait de la Voyageuse. Ou de son Corbeau. Il lui avait exprimé son mécontentement quant au fait d'aller dormir dans telle place mais elle ne l'avait pas écouté. Elle l'avait rarement écouté. Elle le regrettait maintenant. En y pensant, elle se demanda si il avait été au courant plus tôt qu'elle pour cette histoire de trahison. Après tout, il lui semblait, maintenant, qu'il avait réagi bien étrangement parfois.*

Kastela : *Son cœur se serra à cette idée, et son visage affichait clairement le mécontentement pendant sa course. Il lui fallait songer à retourner aux alentours de la taverne, ainsi tentait-elle à présent de prendre une direction globalement opposée tout en continuant à zigzaguer. Peut-être que c'était l'Oiseau le traître, après tout. Après tout, c'était eux, ces chers êtres de la Nature, qui étaient accusateurs. Pourtant, c'était bien des chiens qui avaient dévoré le Mentor, et pas n'importe lesquels. Et si ça n'était qu'une conspiration ? Ils voulaient peut-être les diviser ? ... Non. Non, se dit-elle en s'arrêtant pour reprendre son souffle. Bon sang, cela n'avait aucun sens, elle divaguait complètement. Elle soupira un grand coup, jambes pliées et mains sur ses genoux, regardant au sol. Elle ne comprenait plus rien. Et ne voulait pas comprendre. Il fallait courir. Cela faisait bien quarante minutes qu'elle parcourait ces ruelles. Elle avait eu la tête vide pendant une demie-heure, et voila qu'elle se remettait à divaguer à propos de cette Trahison qui semblait n'être pour elle, à présent, qu'une grande mise en scène. 
Kastela : Elle se frotta les mains et vérifia d'un bref coup d’œil la plante de ses pieds. Elles étaient noircies. Rien de surprenant. Elle pouvait continuer. Elle sentait une petite douleur pour chacun des pieds, mais elle se convainquit de n'y jeter un œil qu'à la fin de sa petite course. Il lui suffisait de la reprendre pour le moment, et ce fut ce qu'elle fit. De nouvelles ruelles encore une fois. Dans celles-ci, il se trouva qu'elle croisa parfois quelques badauds. Certains étaient endormis là, dans la rue, tout comme elle avait pu l'être certains soirs. D'autres étaient réveillés. Certains regards l'inquiétaient, jusqu'à ce qu'elle se souvienne de ses dagues à sa ceinture. Paranoïa ou raison, elle préférait passer son chemin. Elle dormirait à la taverne, comme prévu. Seule. Une mèche se retrouvait de plus en plus devant ses yeux, notait-elle. Sa ficelle de bien maigre qualité, qui avait servi à attacher ses cheveux était partie. 
Kastela : Elle ne s'en était pas rendue compte. Cela devait faire déjà quinze minutes qu'ils avaient été relâchés ainsi, mais la transpiration leur avait enlevé de leur souplesse. Seulement, et comme elle continuait encore à courir, enlevant à présent les mèches gênante, ils commençaient à repartir vers l'avant. Tant pis, ça n'était guère important. Mieux valait-il qu'elle fasse attention aux endroits où elle posait les pieds et à ces ruelles. Demain, elle essayerait de faire la même course. Elle croiserait peut-être les mêmes personnes. Peut-être même que parmi ces personnes, il y en avaient qui recherchaient le Voleur. Peut-être bien. Elle préférait tenter de se vider la tête à nouveau plutôt que d'y songer, et continuait donc sa course. Pas après pas, minutes après minutes, elle se rapprochait de la place sans en avoir conscience. En fait, ce ne fut qu'en voyant les rues s'élargir qu'elle se mit à comprendre. Elle se retrouvait à nouveau dans des ruelles plus proches du centre.*

Kastela : *Ainsi ne tarda-t-elle plus à être dans une des ruelles qu'elle avait fréquenté en début de soirée. Cela la surprit. Elle ne s'était même pas rendue compte qu'à nouveau, tout était pavé et lisse. Elle n'avait pas non plus remarqué, arrivant ainsi de l'autre côté, les petits détails qu'elle s'était pourtant efforcée de retenir à l'aller. Ralentissant sa course pour se remettre à marcher, elle regarda autour d'elle pour faire un nouvel examen des lieux. Bien entendu, rien n'avait changé en une heure, mais elle souhaitait tout réexaminer pour se souvenir. Cela lui prit suffisamment peu de temps pour qu'elle eut fini en même temps que ses pas commencèrent à la mener vers la fontaine. Un coup d’œil vers la taverne lui fit remarquer quelque chose de déplaisant. La taverne était close. Elle irait dormir ailleurs ce soir. Elle avait pourtant payé pour sa chambre. Un remboursement serait peut-être envisageable... Supposait-elle en se plaçant contre le rebord de la fontaine. De ses mains, elle toucha l'eau.*
Kastela : *Celle-ci était fraîche à cause des derniers jours de pluie, mais cela ne l'empêcha pas de les y plonger directement, puis de les mettre en coupe afin de se rincer le visage duquel des gouttes de sueur tombaient. Il fallait l'admettre, cela lui faisait du bien. Elle resta même là plusieurs instants, immobile, mains plaquées contre son visage, se rendant ainsi aveugle à son environnement. Jusqu'à ce que la douleur à ses pieds ne se rappelle à elle. Forcée à s'asseoir, et avec un soupir, elle inspecta alors la plante de ses pieds, penchée vers l'avant. S'aidant de l'eau de la fontaine, elle les rinça, étant tout à fait consciente qu'ils redeviendraient noirs la seconde où elle les reposerait par terre. Mais cela lui permit de voir la source de la douleur : elle avait manifestement une peau un peu trop fine, ainsi certaines égratignures l'avaient faite saigner légèrement. Vu la propreté de ses pieds, il n'était pas étonnant qu'elle ait fini par ressentir une douleur. Nouveau léger soupir, alors qu'elle n'avait pas encore totalement récupéré son souffle. 

Kastela : Sa gorge sifflait, mais elle s'en fichait. Sa cage thoracique se soulevait puis se rabaissait, et son cœur battait à toute vitesse. Ses pieds étaient douloureux, et le genoux qu'elle avait cogné l'était également. Elle avait d'ailleurs l'impression que son cœur battait dans son cerveau, au point de cogner doucement contre les parois de son crâne. Alors qu'elle regardait le ciel, son corps se manifestant ainsi, elle eut un sourire nerveux et lent qui s'afficha sur son visage. Un jour, peut-être même qu'elle irait plus vite que le Grognard. A cette pensée, un rire nerveux s'empara d'elle, nerveux et bruyant. Elle s'en tenait le ventre, yeux fermés. Elle trouvait cela hilarant, peut-être était-elle un peu aidée par la fatigue. Elle riait, ignorant les regards des passants de la place. Elle riait d'un rire qui pouvait sembler un peu fou, mais qui était quelque peu triste malgré elle.
Kastela : Elle riait avec autant de puissance qu'elle avait pleuré la veille, afin d'expulser toute frustration de son esprit. Quelque minutes plus tard, elle se calmait doucement, ne riant que par intervalle. Ça n'était qu'une vaste blague, se dit-elle pour se rassurer. Elle espérait encore qu'un jour, en se réveillant, on lui dise que ça n'était qu'un rêve. C'était avec cette pensée là qu'elle se releva de son petit rebord de fontaine. Il était temps d'aller se reposer dans la petite maison en périphérie de la ville, au toit brisé. La ruine qui n'était habitée que par elle à cause du danger que le toit représentait. Mais finalement, elle appréciait cette ruine. Même si elle devait admettre qu'elle aurait certainement plus peur, sans le corbeau pour la prévenir. Mais elle ne pouvait pas non plus dormir dans la rue s'il n'était pas là. Il ne pourrait pas la réveiller si on cherchait à la voler, par exemple. Sa marche était plus lente, et à cause de son arrêt, elle avait l'impression que ses jambes n'avaient que peu de force. Cela ne changerait rien. Au final, elle dormirait là où elle l'avait décidé.*
avatar
Sly
Disciple Archiviste - Créatrice

Messages : 68
Date d'inscription : 07/10/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum