RP du 8 juillet 2014 : Aiguille, égouts et engueulade

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

RP du 8 juillet 2014 : Aiguille, égouts et engueulade

Message par Sly le Dim 15 Fév - 20:40

Mardi 8 juillet 2014 : 11h47-16h24


Participants
Ewakhine Do'varden - Lysihenn
Elynn - Elynn


Aiguille, égouts et engueulade



Ewakhine Do'varden : *Lysihenn avait passé une très mauvaise semaine. Il avait dû se cacher dans les égouts pendant toutes ses journées et ses nuits. Son moral était d'ailleurs à plat. Il avait cru rencontrer des gens comme lui, des voleurs adeptes du vol et de la course mais il n'en était rien... Cette fille... Elle l'avait vraiment embobiné, c'en était révoltant. Il était donc là, assis sur un morceau de roche peu confortable, regardant les eaux usées charrier urine et excréments. Le relent dans l'air était abominable. Il avait fait, il avait froid, il était sale et il puait tellement qu'il n'avait même plus l'impression de sentir encore quelque chose. Six jours... six jours qu'il croupissait là en espérant que les gardes l'oublient, il était bien dans la mouise à présent* ...
Ewakhine Do'varden : *Les quelques rations qu'il avait eu le temps d'emporter avec lui n'avaient pas fait long feu mais il se félicitait d'avoir tenu si longtemps. Il hésitait à ressortir dehors. Ce n'était pas tant les gardes qui l'inquiétaient que la présence des Rynals... Ces enfoirés de première... Ils l'avaient charmé et manipulé sans vergogne pour finalement lui faire porter le chapeau. Il n'en revenait toujours pas et commençait à se demander si Alana l'avait abandonné et contraint à n'avoir que des déceptions au point de vue de l'amitié. Il pensait vraiment que... mais en fait non. Un soupir lui vint, il n'avait pas assez bu pour espérer verser une larme. La soif le tenaillait.*
Ewakhine Do'varden : *Son regard dériva sur l'étendue pestilentielle qui s'étendait tout autour de lui. Il avait honte de s'être fait avoir une seconde fois. Enfin non, une troisième si on comptait la fille au corbeau. Quel idiot il avait été, vraiment. Comme si elle allait revenir. Ce n'était pas plus mal au final, il recommençait à zéro. Sans amis, sans parents, sans rien. Il n'aimait pas cela.*
Ewakhine Do'varden : *Il n'aimait pas cela mais c'était le meilleur moyen pour ne pas être trahi. Une fois il avait entendu un vieux dire "Ce n'est que parce que l'on fait confiance que l'on se fait trahir". Il n'avait pas compris sur le moment mais commençait à l'appréhender. Il avait encore le petit morceau de papier que le piaf lui avait envoyé, quelque part dans son sac. C'était d'ailleurs l'une des seules choses qui lui restait. Plus de ceinture, plus de bourse, il s'était fait tabasser et dépouiller avant d'être laissé sur place pour servir de victime. Heureusement qu'il avait toujours su se faire discret. Il pestait encore de cette trahison.*
Ewakhine Do'varden :*Il déplia ses jambes et pesta. Il avait réussi une belle course la veille du méfait et il devrait encore passer une semaine à boiter, il le sentait bien. Son visage avait été moins touché que la dernière fois car ses assaillants le connaissaient mieux que les précédents mais par ses côtés, jambes et bras avaient été littéralement piétinés. Il frissonna, essayant d'éloigner ce souvenir désagréable. Il ne savait plus si sur l'instant c'était le choc de cette nouvelle trahison qui avait atténué la douleur mais ce qui était sûr c'est qu'elle sourdait encore par endroit. Il lorgna la plateforme par laquelle il était venu. Elle semblait loin.*
Ewakhine Do'varden : *C'est néanmoins sa soif qui le décida. Il fallait qu'il sorte et qu'il reprenne des forces. Il n'avait jamais apprécié les égouts, même quand il était à Guerdan mais il devait reconnaître que c'était ce qui lui avait sauvé la vie cette fois-ci. C'était un véritable labyrinthe mais il pensait s'être bien éloigné du centre-ville. Les bruits qu'il entendait de l'extérieur le lui confirmait parfois : il n'entendait pas le brouahah caractéristique d'une place de marché au moins. Il fit jouer doucement ses épaules, grimaçant. Quels enfoirés. Il avait envie de les retrouver et de les faire payer mais il savait bien qu'il n'en avait ni les moyens, ni la force. En fait... il pensait même en avoir peur bien qu'il se force à la refouler au plus profond de lui-même. Il tâcha de se concentrer sur son objectif et fit jouer un peu ses autres articulations. Soif.*
Ewakhine Do'varden : *Il se laissa tomber dans les dix centimètres d'eau nauséabonde et ne lâcha qu'un soupir quand la pestilence humide vint s'infiltrer dans ses chaussures, laissant ses pieds plus sales encore qu'ils ne l'étaient. Il se força à ignorer cette humiliation et avança à pas lent et mesurés mais déterminés. Il ressortirait et ne quitterait pas cette ville. Il était plus fort que cela. Il avait déjà été expulsé de sa ville natale, il comptait bien rester dans celle-ci. Il avait l'habitude de semer des gardes, il allait prendre l'habitude de semer des Rynals, c'était simple. Il avança, manquant de trébucher sur une pierre dissimulée sous l'eau croupie et opaque. La théorie était belle mais il les avait vu courir et doutait d'être en état de les semer présentement. Il refourgua cette pensée loin dans son cerveau : une chose à la fois. Sortir puis boire. Ensuite il aviserait. Ainsi débuta son avancée pour quitter les égouts de Dérive.*


Elynn : *La jeune fille sifflotait, assise en tailleur au sommet d’un des plus hauts bâtiments de la ville. Sa proie était en dessous d’elle, assise en terrasse d’une taverne à prendre son repas avec une demoiselle qui semblait être sa compagne. Elynn était prête et attendait juste la bonne occasion pour agir.*
Elynn :*Soudain, la demoiselle s’éclipsa de la table, laissant son compagnon seul. Ni une ni deux, Elynn s’élança et sauta par-dessus le bord du toit, du coté d’une petite ruelle sombre, et chuta. Étouffant un cri de joie elle expira bruyamment lorsqu’elle atterri sur un auvent. Se rattrapant de justesse elle sauta à terre et avança d’un pas léger vers la taverne où siégeait sa cible.*
Elynn : *Arrivant à quelques mètres de lui, elle poussa un petit cri, semblant soudain s’apercevoir de sa présence. Elle se précipita vers lui et lui planta un gros bisou sur la joue avant de s’asseoir à la place que la demoiselle venait de quitter.* Ça fait super longtemps qu’on ne s’est pas vu ! Comment tu vas ? *demanda-t-elle en piochant allègrement dans l’assiette qui se trouvait devant elle et ne semblant pas se préoccuper de l’air profondément étonné de l’homme à qui elle tenait la main.*
Elynn : *Soudain, un second cri retentit sur la terrasse. Elynn et son compagnon de table se retournèrent d’un même mouvement pour voir la fille qui s’était éclipsée, les mains sur les hanches et l’air furieux. Alors que l’homme bégayait en tentant d’expliquer qu’il s’agissait sûrement d’un malentendu, Elynn se leva s’excusa pour le dérangement, déposa un délicat bisou sur la joue de l’homme et s’éloignât en éclatant d’un rire enfantin.*
Ewakhine Do'varden : *Lysihenn repoussa la grosse grille de métal qui le surplombait, sur le côté puis s'extirpa péniblement du trou dans lequel il était. Il progressait avec la vue perturbée par tant de clarté mais parvint à sortir son corps endolori des égouts. Il laissa ses yeux s'habituer à la lumière puis jeta un regard autour de lui. Il semblait se trouver dans une rue peu fréquentée. Deux gamins se foutaient de lui mais restaient à distance, ils avaient encore l'âge de croire aux monstres vivant dans les égouts. Il se redressa péniblement après avoir remis la grille en place et chercha à fuir le soleil et l'espace aussi exposé. Il s'engouffra dans la ruelle sur sa gauche qui semblait suffisamment étroite pour ne laisser passer que peu de rayon.*
Elynn : *Le temps qu’elle remonte sur son perchoir, elle eut le temps d’entendre des éclats de voix venant de la taverne qu’elle venait de quitter puis un hurlement de douleur. Elle arriva en haut juste à temps pour voir la femme s’éloigner, furieuse, et l’homme tomber à genoux, le teint blafard et une longue aiguille dépassant de sa main. Alors que l’homme basculait face contre terre et que sa compagne, réalisant qu’il se passait quelque chose de plus grave que prévu, faisait demi tour, Elynn reconstitua les événements. La femme avait du trouver l’aiguille enduite de toxine qu’elle avait « malencontreusement » oublié sur place et la planter dans la main de son compagnon par jalousie.*
Ewakhine Do'varden : *Sa marche dans les eaux vannes l'avaient plus exténué qu'il ne le pensait. Il s'était perdu deux fois au moins mais était content d'en être enfin sorti. Il en oubliait presque la puanteur qu'il transportait avec lui. Seule la soif le guidait à présent, il était content d'avoir eu suffisamment de volonté pour résister à boire ce dans quoi il avait marché. Une fontaine. Voilà ce qu'il cherchait à présent. Il en connaissait deux mais il ignorait où il se trouvait. Il décida d'avancer en s'aidant du mur, poussant du pied les petits obstacles, enjambant avec grimace et douleur les plus gros.*
Elynn :*Voyant que l’homme ne bougeait plus, Elynn se releva et reparti d’un pas sautillant en fredonnant une chanson guillerette. Son travail ici était achevé, elle récolterait suffisamment d’argent pour manger une bonne semaine. Tout en s’éloignant vers l’extérieur de la ville elle se demandait se qu’elle ferait de ses journées à présent, peut-être retournerait-elle à l’auberge où il y avait tant de gens très drôles.*
Elynn : *Elle arrivait au dessus d’une ruelle où jouaient des gosses lorsqu’elle vit une drôle de créature soulever une plaque d’égouts et sortir. Elynn se demandait bien à quelle espèce il pouvait bien appartenir. Alors qu’il s’éloignait en claudiquant, la jeune fille choisi de le suivre par les hauteurs.*
Ewakhine Do'varden : *Il déboucha sur une nouvelle rue, visiblement plus animée à cause des différentes échoppes. Ceci le fit hésiter mais il pensait reconnaître la rue et pouvoir parvenir rapidement proche d'une fontaine. Il prit donc son courage à deux mains, laissa sa dignité de côté une fois encore et sortit à la lumière, boitant un peu de la jambe gauche, tenant ses bras serrés contre lui, son sac tenu contre son ventre. Il tâcha d'ignorer regards et paroles, se concentrant sur son objectif. Les gens s'écartaient d'eux-même ce qui lui tira un léger sourire, bien maigre consolation, il devait faire peine à voir.*
Ewakhine Do'varden : *Il n'avait pas fait cent mètres qu'il se rendit compte de sa méprise. Il ne connaissait pas du tout cette rue, il ne reconnaissait pas cette boutique de vêtements, ni ce boulanger. Il pesta mais se força à continuer encore, il fallait qu'il trouve... Son ouïe capta alors un ruissellement. Il tourna la tête vers la droite et se dirigea vers la rue de laquelle le bruit émanait. Un espoir naissant*
Elynn :*Ce n’est que quand il arriva dans une rue plus animée qu’elle comprit qu’il n’était qu’humain. Elle soupira silencieusement de soulagement, à vrai dire, elle n’aurait su que faire d’un monstre des marais. Marais, marais, c’est drôle à penser marais, ça ressemble à marrant, un marrant marais qui n’en a jamais marre. Alors que l’individu changeait encore de rue, elle se mit à chanter d’une voix claire pour signaler sa présence sur les toits tout en restant hors de vue.*
Ewakhine Do'varden : *Il finit par déboucher sur une petite place entourée de bâtiments d'au moins deux étages, aucune rue n'en sortait exceptée celle qu'il empruntait. Un lavoir de pierre lui fit face et cela lui tira un léger sourire. Il capta un chant mais n'y accorda aucune attention, le lavoir semblait inutilisé pour le moment mais le bac de linge posé non loin indiquait qu'une femme viendrait bientôt terminé son œuvre. Il décida de ne pas réfléchir plus longtemps et plongea entièrement sa tête dans l'eau si claire, si pure. Il retenait sa respiration et faisait un effort pour ne pas boire tout de suite, l'eau se teintait de saleté alors qu'elle le submergeait.*
Elynn : *Elynn ne pouvait s’empêcher de se demander quel était le but de cet homme qui semblait si déglingué. D’ailleurs, en avait il seulement un ou marchait il au hasard des rues, errant ici et là sans but, pour le plaisir. Mais se balader dans les égouts pour le plaisir semblait être un drôle d’occupation. Un peu salissant peut-être. Ou alors il y avait un trésor en dessous de la ville. Elle le suivit jusqu’à un lavoir, descendit des toits et se percha sur la margelle de celui-ci en voyant l’homme plonger la tête dans l’eau. Elle se demandait combien de temps il pouvait tenir ainsi et se mit à compter : 1, 2, 3, 4, …*
Ewakhine Do'varden : *Il portait ses mains à ses cheveux et les frotta vigoureusement essayant de déloger un maximum de saleté de ses cheveux jadis ébouriffés. Il resta une petite minute ainsi avant de se redresser, rejetant ses cheveux mi-longs en arrière et laissant l'eau s'écouler de ceux-ci. Il attendit quelques instants que l'eau courante emporte la saleté loin du bac d'eau avant de se pencher de nouveau en avant pour cette fois boire sans retenu aucune.*
Elynn : 62 !
Ewakhine Do'varden :*Il sursauta en entendant le nombre sortir de la bouche d'une jeune femme. Il manqua de s'étouffer et se retourna aux aguets, dévisageant celle qui l'importunait et cherchant une issue de secours rapide s'il s'agissait d'une Rynal. Il ne voyait que la rue de laquelle il venait. Serré contre le bac de pierre il lui jeta* Qu'est-ce que tu m'veux? *son ton était agressif*
Elynn : Coucou, comment tu vas ? T’es quand même beaucoup plus mignon après un brin de toilette. Tu t’appelles comment ? Moi c’est Elynn. Il y à un trésor dans les égouts ? Là bas, *elle désigna la direction du centre ville* il y a un homme tout raide avec une aiguille dans la main.
Ewakhine Do'varden : *Il crut la reconnaître à son visage et sa voix comme étant la gamine de la taverne surexcité et super chiante. Il ne l'avait pas jugée dangereuse et avait autre chose à faire que se prendre la tête. Il lui tourna donc le dos en lui lançant un "Dégage" puis il commença à ôter sa chemise à moitié trempée par ses cheveux, révélant ainsi de nombreuses plaies et bleus noircis et étendu sur son dos et ses bras. Il plongea ensuite la chemise dans le lavoir et la frotta énergiquement sur le grattoir de bois qui s'y trouvait. Il espérait qu'elle allait vite se barrer, il devait faire pareil avec son pantalon et ne tenait pas à se trouver nu avec une tarée dans les parages.*
Elynn : * La jeune fille allait s’offusquer de sa réponse brutale inélégante et surtout absolument pas drôle quand le malotru commença à enlever sa chemise. Soudain très intéressée par les événements qui suivraient, elle roucoula s’installa plus confortablement et plongea ses jambes dans l’eau pour pouvoir confortablement profiter du spectacle. Malgré le fait qu’il était particulièrement amoché, Elynn se repaissait de la vue de ses muscles qui jouaient tandis qu’il frottait sa chemise*
Ewakhine Do'varden : *Ce n'est qu'alors qu'il ralentissait la cadence pour regarder le résultat qu'il se rendit compte que la demoiselle était non seulement restée mais en plus se posait et le reluquait sans vergogne. Il n'avait rien à montrer et ne possédait qu'une musculature fine mais présente, développée au fil de ses courses. Il la regarda donc de nouveau, dépité* C'est ton bac, c'est ça? Tu veux que j'me casse? Suffit de le dire tu sais. *dit-il en désignant du menton le bac à linge qui était toujours présent non loin. Il essora sa chemise et se dit qu'il devrait la passer un second coup mais ne voulait pas rester un instant de plus avec elle qui la perturbait plus qu'autre chose.* C'est bon, j'me barre. *Il essora une dernière fois le tissu avant de le poser sur son épaule avec un "splotch" sonore dans le tissu mouillé frappa sa peau. Il retint une grimace en se traitant de stupide alors qu'il venait de raviver une douleur. Il pesta entre ses dents.* Chié... *puis se baissa pour ramasser son sac.*
Elynn :*Elynn frémit en voyant et entendant le tissu claquer sur la peau déjà écorchée. Mais alors que le jeune homme commençait à s’éloigner elle sauta hors du lavoir, sa robe volant au vent, et le rattrapa en vitesse pour marcher à ses cotés.* C’est dommage, l’eau était fraîche ça faisait du bien, mais je t’aime bien, tu ne parles pas beaucoup, tu t’appelles comment ? Tu vas où ? *Tout en parlant elle recommença à sautiller à la même allure que l’homme des égouts.*
Ewakhine Do'varden : *Celui-ci s'arrêta pour la dévisager. Elle ne manquait pas d'air un véritable parasite* Je ne t'aurai pas déjà vu à la Lumière d'Opale, par hasard?
Elynn : *Regardant tout autour d'elle elle n'avait pas vu que son compagnon s'était arrêté. Elle fit demi tour et vint se poser face à lui. Elle brandit un index avant de lui appuyer sur le nez.* Chais pas, connais pas ! C'est quoi ?
Ewakhine Do'varden : *il soupira, laissant tomber la pique qu'il avait préparée* Rien, juste une taverne. T'as pas envie d'aller emmerder d'autres personnes, par hasard? J'suis sûr que ça ferait plaisir à beaucoup de monde de parler avec toi. *et il retourna vers le lavoir en boitant mais avec un pas suffisamment rapide pour signifier ses intentions de ne pas la voir le suivre.*
Elynn : *Elynn s'arrêta et afficha un air concentré, semblant réfléchir très intensément. A la suite de cette réflexion elle suivi l’homme en courant mais en restant à bonne distance. Arrivée au niveau du lavoir elle alla s’asseoir contre un mur, a portée de voix mais suffisamment loin de l’homme pour ne pas empiéter son espace vital, du moins l’espérait-elle. Elle s’exprima alors d’une voix douce et juste assez forte pour qu’il l’entende sans se sentir agressé.* Pourquoi tu est tout triste ?
Ewakhine Do'varden :*Il reprit sa chemise et la remit dans l'eau en pestant. Son dos était parcourut par de multiples gouttes d'eau provenant de la chemise qu'il transportait et de ses cheveux mouillés et qui gouttaient allègrement. Il entendit sa question, notant le changement de ton. Elle était toujours là mais moins oppressante au moins. Il se résolut à ne faire que sa chemise et à s'en aller ensuite chercher un coin où élire domicile pour les jours à venir. A moins qu'il ne trouve quelque chose à manger... sans argent.* J'suis pas triste *lui répondit-il simplement, sans la regarder mais avec un ton moins agressif que précédemment.*
Elynn : Tu as l’air tout triste, et moi les gens triste, bah ça me rend triste et ça me donne envie de leur faire des gros câlins pour les réconforter … mais je ne le ferais pas, ne t’inquiète pas.*se reprit-elle précipitamment. Elle désigna ses blessures d‘un geste vague* Je peux te faire aller mieux tu sais. Mon dernier boulot m’a rapporté suffisamment d’argent pour un élixir que j’attendais de pouvoir m’acheter depuis longtemps et je serai curieuse de l’essayer.
Ewakhine Do'varden : C'est rien, garde ton argent et ton élixir. Je vais bien et ne suis pas triste. *Il continua de frotter énergiquement sa chemise avant de la sortir de l'eau de nouveau pour la regarder. Elle semblait déjà plus propre. Encore un coup se dit-il en essayant d'ignorer la présence de la fille. Il se remit à frotter, plus lentement cette fois, ses bras n'étaient plus aussi endurant qu'avant et restaient douloureux même après une semaine. La faim commençait à se faire sentir, il était d'ailleurs content que son ventre ne gronde pas.*
Elynn : *La jeune fille haussa les épaules et marmonna à voix trop basse pour que l’homme l’entende* Je n’avais pas l’intention de te filer mon argent, juste d’essayer mon élixir, enfin … *Sur ces mots elle se tut et se contenta de sortir un morceau de pain et une pomme de son sac, elle rompit le premier en deux et croqua une grosse bouchée de la deuxième. Du jus lui coula sur le menton, qu’elle essuya d’un revers de la main. Elle restait silencieuse à observer l’individu qui frottait toujours puis eu une idée qui la fit éclater de rire intérieurement. Elle détacha une miette de pain qu’elle envoya par terre.* Pitits, pitits, pitits oiseaux … *Elle prit une deuxième miette un peu plus grosse, puis une boule de mie, qu’elle envoya tour à tour sur le sol devant elle. Elle continua ainsi jusqu’à ce que toute la première moitié de son morceau de pain ai disparue* Ils en auront plus l’utilité que moi, une pomme me suffit bien et je n’aurai plus faim pour du pain, moi.
Ewakhine Do'varden : *Il continua a frotter en silence jusqu'à ce qu'il se rende compte qu'elle mangeait. Il tâcha de se contenir mais quand elle commença à jeter son pain par terre, il eut du mal à se contenir. Il restait immobile. Elle le cherchait, c'était évident. Elle savait qu'il avait faim et se foutait de sa gueule. Ce sont ces derniers mots qui le firent exploser. Il plongea alors les bras dans l'eau et fit en sorte de lui envoyer de grosses gerbes dessus en criant* Ça t'amuse, espèce de conne sans cœur?! Ça t'amuse de faire chier les gens, de les ridiculiser, hein? Hein?! *Il redoubla de vigueur, canalisant une bonne partie de sa colère dans l'eau qu'il lui envoyait, la recouvrant littéralement. Aveuglé, il continua* Tu sais pas laisser les gens vivre tranquillement? T'es obligée de venir les faire chier, de les prendre en pitié?! J'm'en tape de ta putain d'pitié ! Et j'm'en carre de ton pain ou de ta pomme, okay?! *Il cessa, haletant, reprenant son souffle à grande goulée, observant son travail un instant. Elle avait l'air pitoyable ainsi trempée. Il remit sa chemise sur l'épaule et s'éloigna à grand pas rageurs malgré le fait que ses jambes protestent de douleur. La chemise n'était pas du tout essorée, il n'y faisait pas attention. Quelques regards étaient apparus aux fenêtres qui donnaient sur le lavoir, il n'y prêtait pas attention. Ses mâchoires étaient crispées et il bouillonnait encore de colère.*
Elynn : *Tout d’abord surprise et décontenancée, Elynn n’en revenait pas de la réaction qu’avait eu son interlocuteur, elle hésita sur la conduite à tenir puis éclata de rire.* Au risque de me reprendre de l’eau, tu es un idiot, mon vieux. Je ne te demande rien, je cherche juste un peu de compagnie… et j’aime aider les gens. De plus, tu te trompe sur un point, les gens qui cherchent à éveiller la pitié n’ont aucun intérêt pour moi. Mais bien tu aie souffert, je peux le voir, tu es toujours là, vivant et debout, c’est plus que je ne peux en dire de moi-même. A vrai dire c’est ta pitié que j’espère obtenir, que tu me dises comment tu fais pour être encore debout et en un seul morceau, malgré ce que tu semble avoir vécu. *Elle se leva d’une roulade* Comme tu le vois, ce n’est pas tout à fait mon cas !
Ewakhine Do'varden : *Elle le suivait encore. Il s'arrêta avant d'avoir pu rejoindre la rue principale puisqu'elle le suivait encore ! Avec un discours des plus insensé qu'il n'avait jamais entendu* Tu veux qu'j'te dise mon secret, dame-qui-tient-pas-debout-en-un-seul-morceau, hein? J'vais pas emmerder les gens avec les conneries que tu débites. Tu veux aider les gens? Ben va aider ceux qui sont dans le besoin, j'en fais pas partie alors lâche-moi et va donc faire ce que tu as envie : va donc aider des gens qui le veulent ! *Il la regardait droit dans les yeux, ne bougeant pas malgré ses jambes et son torse qui tremblaient de cette confrontation.*
Elynn : *Les larmes montèrent aux yeux d’Elynn devant la cruauté de l’homme en face d’elle, elle s’approcha de lui et lui donna, sans grande conviction, un coup de poing sur un morceau de peau pas encore marqué. Les larmes lui coulaient à présent le long de ses joues sans qu’elle y prête la moindre attention. Emportée par son faible élan, elle lui tourna le dos mais resta sur place.* Pourquoi te fermes-tu ainsi aux autres, je ne te demandais que ton nom, pas une information vitale. Et quand bien même aurais-tu voulu le taire il suffisait de le dire. T’es-tu à ce point fait battre que même ta langue est abîmée ? Tu aurais pu profiter d’une oreille innocente, sans conditions et surtout sans dettes. Mais tu n’es qu’un abruti. Et c’est moi que tu disais sans cœur …
Ewakhine Do'varden : *Il ferma les yeux, hésitant un long moment avant de répondre. Il s'était déjà fait avoir une fois avec la fille au corbeau. Il avait déjà trop accordé de confiance sans rien avoir en retour que des bleus et des blessures. Elle pleurait comme l'autre pleurait avant de disparaître sans plus qu'un micro parchemin. Mais il reconnaissait qu'il avait été méchant. Ne fallait-il pas qu'il le soit pour se protéger? N'est-ce pas qu'un moyen pour elle de percer son armure pour mieux le blesser par la suite, pour mieux le manipuler? Et si elle le manipulait déjà? Et si c'était une Rynal aussi ?! Il décida de ne pas céder et après deux longues minutes sans rien dire, n'entendant que ses larmes et ses paroles résonner dans son crâne, il choisit de rejoindre la rue et de s'éloigner d'elle sans un mot.* Lysihenn. *Il marcha pendant quelques secondes avant de se rendre compte qu'il avait lâché son nom malgré lui. Quel crétin ! Il regarda une dernière fois la fille*
Ewakhine Do'varden : Tu devrais mieux choisir ceux que tu essayes d'aider avant qu'ils ne te blessent. *Cela lui rappelait une vieille phrase prononcés par un vieil homme. Du moins ça disait globalement ça. Il tourna donc les talons et s'éloigna en silence, espérant qu'elle comprendrait qu'il voulait être seul à présent. Et que ce n'était pas juste un connard. Quoique...*
Elynn: *La jeune fille se força à arrêter de sangloter l’espace d’un instant. Lysihenn. Elle était sure que c’était le mot, non, le nom qu’il avait prononcé. Son nom. Un sourire timide, chargé d’espoir naquit sur son visage. Sourire qui s’élargit en entendant la dernière phrase de Lysihenn. Lysihenn, oui, elle aimait bien ce nom, c’était un joli nom.* Je ferais attention, promis *lui cria-t-elle alors qu’il s’éloignait* a bientôt. *Elle le regarda partir en agitant bien haut la main puis s’éclipsa à son tour d’un pas sautillant et en fredonnant un air joyeux.*
avatar
Sly
Disciple Archiviste - Créatrice

Messages : 68
Date d'inscription : 07/10/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum