Equipe Epsylon - Mission Paradis Perdu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Equipe Epsylon - Mission Paradis Perdu

Message par Alistair le Dim 18 Jan - 15:15

*Entendant qu'on frappait à la porte de son bureau, l'instructeure Romanov, une blonde sculpturale aux atouts indéniables, ordonna aux nouveaux arrivant d'entrer au plus vite et de fermer la porte derrière eux. Elle savait avec qui elle avait rendez-vous, l'équipe Psi. Une équipe aussi hétéroclite de par leurs vocations que par leurs origines.

L'équipe était en effet composée d'un soldat brutal, d'un espion qui joue les lords, d'une ecrivaine pas si mauvaise somme toute mais un poil trop... écossaise et d'un inquisiteur heureusement compensé par ses coéquipiers.

L'équipe avait provoqué moult catastrophes mais ils avaient réussi et démasqué un Papercut autonome infiltré dans les rangs de l'organisation. Ils étaient … prometteurs.

Romanov releva la tête de ses papiers et regarda l'équipe. *

« Bien, qu'avez-vous pour moi ? «

_________________
On a toujours le choix, il suffit de faire le bon.
avatar
Alistair
Modérateur/MJ Steampunk

Messages : 157
Date d'inscription : 30/05/2014
Localisation : Rennes

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Compte-rendu #1 - Sir Richard de Blackheart

Message par Ewakhine Do'varden le Dim 18 Jan - 15:20

Sir Richard de Blackheart, de l'équipe Epsilon au rapport. Ceci est bien entendu mon nom d'emprunt, mes supérieurs sont au courant, les autres n'ont pas à l'être. L'enregistrement d'aujourd'hui n'a lieu que quelques heures après la fin de notre mission.
Les autres membres de Epsilon étaient James Edward, Lieutenant et Soldat de Nostromo, Aslinn dont je n'ai pas retenu le nom, Écrivaine de Nostromo et Obscurcine, Inquisiteur. À nous quatre nous couvrions les quatre domaines de compétences puisque j'ajoutais aux leurs des compétences d'infiltration.
Il s'agissait de notre première mission étant donné que nous venions tout juste de rejoindre les rangs de Nostromo. Il est nécessaire que j'évoque la prise de contact avec notre superviseur puisque et bien... c'est à ce moment précis que tout à commencé.

La première fois que je l'ai vu, sa détermination et son regard m'ont marqué, il y avait quelque chose de perturbant. Rien ne laissant présager de ce qui allait survenir ensuite, il a testé nos compétences d'équipe pour voir comment nous nous débrouillions face à un papercut et je dois avouer que ce premier test fut une réussite. Seul James Edward dû soutenir un assaut avant que je ne parvienne, aisément, à réduire à néant l'invocation de papier en déchirant le papier ayant servi à l'invoquer. Exercice relativement basique mais qui permit de voir comment nous réagissions en situation réelle.
Mes notes personnelles vis-à-vis de cela est que l'inquisiteur Obscurcine n'était pas préparé et qu'il a paniqué. Que l'écrivaine Aslinn, bien qu'un peu simple d'esprit, savait maîtriser son propre papercut et que James Edward était un Soldat de qualité de part sa résistance et le fait qu'il connaisse les rudiments de médecine moderne. J'étais globalement satisfait de l'équipe et nous avions passé le test avec succès.

La mission était en apparence relativement simple : nous devions récupérer le livre "Le paradis perdu". Une chose a cependant attiré mon attention sur le moment : le peu d'informations qu'était disposé à nous donner Michael Philips, notre superviseur. Les seuls éléments pour nous mettre sur la piste est que la dernière fois qu'a été vu ledit livre, c'était dans la boutique de John Feldmann un antiquaire situé à Chancery Lane.
Avant de quitter le bureau de Philips, j'ai souhaité m'entretenir avec lui. En effet, pour assurer au mieux ma couverture, il était de bon ton de me fournir de quoi tenir mon rôle. Il me fallait seulement une bourse destinée à étaler ma richesse et valider mon titre auprès du peuple. La bourse m'a été refusée. J'ose espérer que la prochaine fois, ma requête sera comprise. J'ai donc rejoint mes compagnons et sans plus d'informations, nous nous sommes donc rendus jusqu'à cet endroit, réquisitionnant au passage à l'écurie de Nostromo, une calèche pour plus de commodité de transport.

La boutique était relativement semblable à n'importe quelle échoppe d'antiquaire. Mon rôle consistait à infiltrer celle-ci de façon à m'approcher de John Feldmann, en me faisant passer pour un acheteur potentiel de livres. Mon approche semblait fort bien fonctionner quand la mention de papier et de livre lui a fait prendre ses jambes à son cou. Il a déguerpi avant que je ne puisse le retenir.
James n'est pas parvenu à le rattraper à temps, nous dûmes donc fouiller sa boutique sans pouvoir interroger ce témoin crucial. Obscurcine se révéla alors un atout précieux pour découvrir la cache qui abritait les différentes œuvres littéraires démoniaques. Et c'est moi qui me chargea d'en dégager l'accès à l'aide de mes compétences. À notre grand dam, le livre que nous recherchions ne figurait pas parmi ceux-là. Mais nous découvrîmes une note et un nom qui pouvaient nous mener à un acheteur potentiel : Sir Irving. Un nom qui me disait vaguement quelque chose pour l'avoir côtoyé une à deux fois lors de réceptions. Une fois nos vérifications faites, nous joignîmes Michael Philips qui ne nous donna aucun renseignement intéressant, une fois encore, alors que Sir Irving semblait connu de nos services. Nous n’eûmes pas le temps de discuter qu'il nous imposa une équipe de nettoyage avant de couper la ligne.
Celle-ci arriva quelques minutes après et mis le feu à toute la boutique sans distinction aucune. Leurs ordres semblaient clairs et inflexibles.

Sir Irving mort, c'est son fils qui nous accueilli. Un détachement de Nostromo semblait être déjà passé par là et c'était le genre de détail qu'il aurait été appréciable de savoir à l'avance. Les dates coïncidaient, le père pouvait avoir acheté ce livre puisque son fils en avait découvert plusieurs. Celui-ci semblait être en dehors de toute affaire, sa cuisinière aussi. Leur majordome en revanche... sa disparition avait de quoi intriguer. Balthazar Irving nous donna l'adresse de la pension dans laquelle il devait finir ses jours. Ceci mit à mal l'option vol et disparition mais nous décidâmes de rejoindre ladite pension.
Durant tout cet épisode, j'ai dû agir seul, de façon à ce que mes coéquipiers ne fassent pas tout capoter. Aslinn et Obscurcine avaient notamment montré un comportement anti-constructif envers l'équipe. Il se chargèrent donc de surveiller la calèche, James quant-à lui veillait à empêcher toute sortie par l'arrière.

La pension était située dans un quartier assez mal famé, nous eûmes la chambre et l'étage du majordome très facilement. Cette fois-ci nous y allâmes ensemble car l'endroit n'était pas des plus sécurisés. C'était une idée judicieuse puisque nous n'étions pas les seuls a priori. En effet quatre rustres bloquaient l'entrée et se montrèrent hostiles lorsque nous nous en approchâmes et ce, malgré les uniformes Nostromo, la tenue liée à mon titre et mon injonction. Le combat fut inévitable.
Avec James nous occupâmes la première ligne, lui à la rapière, moi muni de ma canne-épée. Obscurcine se révéla totalement inapte à tout combat. Et Aslinn parvint à invoquer son papercut à la forme de phœnix d'encre et de papier qui se révéla, lui, un atout indispensable. Le combat mis à mal James qui a beaucoup encaissé pour nous protéger, les brutes ne voulant rien entendre et rien dire, nous furent contraints à les réduire au silence à jamais. Ils n'avaient rien de valeur ou d'intéressant.
Les délaissant, nous nous sommes donc intéressés à la pièce qu'ils gardaient. Là nous découvrîmes le majordome attaquer par une personne outrageusement tatouée et violente. Alors que l'inquisiteur était en première ligne pour une fois, il se fit éjecter avec violence. C'est en combinant l'attaque du papercut et les miennes que nous en vînmes à bout. Il faut dire qu'alors que nous occupions le rustre, le majordome en avait profité pour invoquer son propre papercut, ce qui attira, bêtement, l'attention de notre ennemi sur celui-ci.
La chose que nous n'avions pas prévue c'est qu'une fois la brute à terre, le majordome envoie son papercut contre nous. C'est là que le soldat nous tira de l'embarras en bourrant l'individu jusqu'à lui ôter le papier des mains et pour ensuite le déchirer réduisant à néant l'hostile invocation.
Je dus recourir à mes talents d'éloquence pour le forcer à nous dire tout ce qu'il savait, il ne savait hélas pas grand chose. Il avait effectivement ''Le paradis perdu'' mais il ne l'avait gardé, comme quelque autres que parce qu'il s'agissait d'un souvenir de son maître défunt. Ce qui semblait plausible malgré l'étrangeté d'avoir appris à son majordome le savoir interdit qui est la lecture.
Ce qui fut surprenant furent les ordres de notre superviseur lorsque je le contacta via le talkie walkie. Il désirait que l'on brûle les trois autres mais qu'on lui ramène celui-ci. Aslinn se chargea de le rapporter car je ne désirais pas toucher ces œuvres démoniaques. Notre méfiance à l'égard de Philips ne cessait de s'accroître.

Alors que nous rentrions au quartier général de Nostromo pour ramener le livre, Aslinn en profita pour lire ce que nous ramenions. Sa lecture ne m'intéressait pas et je trouvais cela … sale. Cependant lorsque son comportement changea, je l'interrogea. Elle nous fit une description complète et ressemblant très fortement à notre superviseur. Puis elle nous expliqua qu'il s'agissait probablement d'un papercut éternel. J'ignorais que cela était possible et je mesurai le danger.
Faute d'autres options car nous ne connaissions encore personne chez Nostromo, il nous fallait confronter notre superviseur.
C'est ce que je me chargea de faire. Je proposais, après qu'il ait pu constater qu'il s'agissait du bon livre, de le brûler. Michael Philips resta assis et calme à son bureau, m'incitant à le faire. C'était donc le moment de vérité.
Arrachant une plante, je déposa le livre sur la terre puis y mit le feu. Alors qu'il se consumait, je pus constater, en me retournant, que Michael Philips se consumait lui aussi et disparaissait. Cela nous a quelque peu laissé coi. Mes coéquipiers cherchèrent des indices pendant que je surveillais la fin de la combustion et que je rempotais la plante verte. Ils découvrirent un billet. D'après Aslinn, celui-ci expliquait l'existence de Michael Philips au cours des années et notamment son souhait d'en finir. Nous avions été utilisé uniquement dans ce but.
Et ainsi se termina notre première mission au sein de Nostromo, avec succès et en découvrant un papercut éternel occupant un poste élevé dans la hiérarchie Nostromo. J'ose espérer que nous aurons des explications rapidement.


Couleur d'écriture:
avatar
Ewakhine Do'varden
Admin

Messages : 588
Date d'inscription : 16/05/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://klaewyss.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Lieutenant James Edward au rapport !

Message par 404 le Mer 25 Mar - 11:43

Lieutenant James Edward au rapport, mission « Le Paradis Perdu » :

Pour commencer, je tiens à rappeler le contexte particulier de cette mission. En effet, le matin même, j’arrivais au QG de Nostromo pour y rencontrer mes équipiers pour la première fois et Michael Philips, notre Instructeur. Après un bref échange de nos noms et de nos spécialités respectives avec mes coéquipiers, nous avons été invités à entrer dans le bureau de notre instructeur.

Dans un premier temps, cette entrevue avait pour but de nous tester. Et plus particulièrement de tester Aslinn, notre écrivaine, en lui demandant d’invoquer un papercut. Cette dernière, après un long moment d’hésitation, fini par faire un phénix majestueux, mais je ne pus m’empêcher de penser que si elle mettait autant de temps en combat à sortir son papercut, il ne nous serait d’aucune utilité.

Ensuite Michael Philips a eu l’idée de nous offrir un combat d’échauffement contre l’un de ses papercuts afin de briser la glace. Ce papercut avait la forme d’un pirate avec un sabre. Une nouvelle fois, le résultat de ce test fut mitigé. Grâce au conseil d’Aslinn avisés, Sir Richard s’empressât avec grâce et rapidité de détruire le papier de Michael Philips dont il s’était servis pour invoquer sa créature. Néanmoins, je fus blessé en interceptant un coup violant du pirate de papier destiné à Sir Richard. Pendant ce temps, Obscurcine étudiait avec un grand sérieux et une extrême rapidité l’agencement des lieux afin de déterminer quel endroit était le plus loin du combat. Bref, la mission a pas encore commencer que je suis déjà blesser et je dois faire équipe avec une tapette, sans vouloir être pessimiste, ça sent la journée de merde.
Bon maintenant que le contexte est planté, on peut commencer la mission. Michael Philips, nous envoie sur les traces d’un livre « Le Paradis Perdu » dans une boutique sur Chancellerie Lane appartenant à un antiquaire du nom de James Feldman. Comme courir après des trucs perdus est mon activité préférée (ton ironique), nous sommes partie directement vers la boutique dans une carriole civile.

Arrivé là-bas, Sir Richard s’est proposé pour aller tâter le terrain. Pendant que je surveillais les abords du magasin depuis la carriole en essayant de supporter les bavardages insipides d’Aslinn et d’Obscurcine, Sir Richard entra donc dans le magasin. Mais ce salop de James Feldman était déjà avec un client et fit attendre Sir Richard pendant trois plombes. Au bout d’un moment, Obscurcine se proposa d’aller surveiller l’arrière du magasin, un peu tard pour y penser, d’autant qu’il fallait faire un long détour pour y accéder, mais je me suis dit que ça me ferai des vacances, j’ai donc accepté. Finalement, Feldman se décida à parler avec Sir Richard, mais après une petite minute de conversation, l’antiquaire se barra par la porte de derière. Obscuricin était encore loin et bien qu’ayant réagi immédiatement, je n’ai pas réussi à le rattraper. Encore un signe coureur d’une journée de merde.

Peu de temps après, Obscurcin arriva et appris la mauvaise nouvelle, il décida alors d’inspecter la boutique et y trouva une cache pleine de document papier. Finalement, je l’avais peut être jugé un peu vite en pensant que c’était un crétin doublé d’un lâche. En fait, c’est juste un gros lâche.
Aslinn a ensuite analysé tous les documents et parmi eux, pas de « Paradie Perdu » mais une nouvelle piste : Sir Hirving, un noble qui aurait des affinités avec le papier et peut être même avec notre quête du graal (ton légèrement ironique sur le « quête du graal »). Il y avait aussi un papelard inquiétant faisant parlant d’un groupe terroriste lié au papier se faisant appeler la « Résistance ». Après avoir fait appel à l’équipe de nettoyage pour détruire les documents et prévenu notre instructeur sur l’avancement de notre mission, nous avons poursuit notre investigation du côté de chez Sir Irving.

Sir Richard qui a des connaissances parmi les nobles nous conduit chez ce Sir Irving. Une nouvelle fois, Sir Richard alla seul discuter avec Sir Irving, pendant que je sécurisais la porte de derrière. Pas question de se faire baiser deux fois de suite de la même manière. Mais finalement, rien ne se passa et Aslinn est venu me chercher une fois l’entretient entre nos Sirs terminé. Rien, excepté un morceau du toit qui m’est tombé sur la gueule au moment où je quittais mon poste. En y repensant, rien de bien surprenant, c’est l’un des éléments classique d’une journée de merde.

Finalement, Sir Richard n’avais pas rencontré Sir Irving mais le fils de ce dernier qui lui appris que Sir Irving était mort. Le fils ne semblait pas au courant des activités littéraires de son père. Sir Richard, avait donc fouillé le bureau de Sir Irving et à découvert qu’il avait déjà été vidé avant par Nostromo et peut être avant même par l’ancien major d’homme de Sir Irving, un certain Edward Blacksmith.

Attendez! Notre première cible se prénommait James, la troisième s’était Edward… Mais … Mais, tous est lié ! … hum … désoler, je me disperse.

Après avoir contacté notre chef, qui nous appris que Nostromo n’avait rien trouvé dans le bureau de Sir Irving leur de leur visite. On décida donc d’aller interroger cet Edward Blacksmith. On le trouva dans un hospice s’un quartier mal famé. Dans l’hospice, on s’est fait agresser par des voyous, sans surprise, j’ai encore été blessé en protégeant Sir Irving et Obscurcine a encore fuit. Néanmoins, bien qu’ayant l’air frêle et ayant besoin de ma protection, Sir Richard est très habile avec sa canne épée, sait frapper là où il faut et n’hésite pas à le faire. De plus, Aslinn est naïve et n’a clairement pas les tripes pour ce boulot mais son papercut est vraiment un arme mortel. Du coup on a défoncé les voyous. Alors qu’Aslinn finissait de vider son estomac dans le couloir, on est allé voir Edward Blacksmith qui était en pleine altercation avec un gros. Le gros nous a agressés, on l’a buté. Edward était un vieux bonhomme, il paraissait paniquer, il invoqua un papercut, un gros chevalier en armure qui fonça sur Aslinn qui venait de nous rejoindre. Il semblerait que ce soit une journée de merde pour elle aussi. Sans perdre une seconde j’ai foncé à mon tour sur l’écrivain adverse et ai détruit le papier.

Finalement, on a trouvé des documents écrit dont le fameux « Paradis Perdu » et alors que tout aurait pu s’arrêter là. Aslinn fit une étrange découverte. Sur la première page du livre se trouvait une description manuscrite très détaillée d’un homme. Selon Aslinn, ce texte était la description d’un papercut de très haut niveau appelé « papercut autonome ». Mais le plus surprenant, c’est qu’à la lecture de cette description tous les membres du groupe furent d’accord sur le fait que cette description correspondait parfaitement à notre instructeur, Michael Philips.

Ouai, je sais c’est dingue, on était tous d’accord, même Obscurcine.

Du coup, on s’est dit « C’est quoi ce bordel ? », « Philipps est un papercut ? », « C’est possible ça ? », « Et d’ailleurs pourquoi, il s’intéresse tant à ce livre en particulier ? » et « Et pourquoi, on doit le lui rapporter et pas le détruire comme les autres ? ». Bref, plein de questions auxquels seul notre cher instructeur pouvait répondre.
Après délibération, on a donc décidé d’aller lui demander, mais il ne voulait pas répondre, il voulait le livre, on l’a menacé de détruit le livre si il parlait pas, il a refusé de parler, on a détruit le livre, il a disparu. Ce qui marqua la fin de cette journée étrange et globalement merdique.

Pour finir, c’est peut-être de ma faute, je suis peut trop longtemps rester en territoire hostile, peut-être ai-je perdu l’habitude de travailler avec des civiles. Mais, l’attitude de cette équipe m’exaspère, bien qu’il soit talentueux, je les trouve trop timoré en combat, j’ai vraiment dégusté aujourd’hui pendant que cette lopette de Obscurcine se tournait les pouces. Je sens que les journées de merde vont devenir mon quotidien. Faut vraiment que je choppe une armure où je vais pas survivre.

404

Messages : 1
Date d'inscription : 26/11/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Equipe Epsylon - Mission Paradis Perdu

Message par farrelNZL le Mer 6 Mai - 14:55

Inquisiteur Obscurcine pour rapport de mission Paradis Perdu

J'ai été convoqué pour cette mission, la première depuis que j'ai rejoins Nostromo, je ne me sens pas particulièrement inquiet, après tout si on m'a sélectionné c'est que je fais partie de l'élite.
Je rencontre mes futurs partenaires pour la première fois dans une espèce de salle d'attente, il y a un guerrier qui a l'air un peu stupide, un espèce d'aristocrate qui se la pète un peu et une rousse qui a visiblement un problème identitaire.
Notre commandant nous dit de rentrer, il s'appelle Michael Phillips, il a l'air un peu bizarre mais cela ne me regarde pas, il a demandé à la fille d'invoquer un papercut, elle s'est exécutée en invoquant un phoenix, puis il a lui même invoqué un papercut qui a mis la misère aux autres membres du groupe, on a gagné de justesse en déchirant le papier qui avait servi à invoqué la créature.
Ayant fait les présentations, nous partîmes donc avec la mission de retrouver le livre appelé "Le paradis perdu", avec pour seule indication d'aller que le livre se trouvait chez un antiquaire, James FELDMAN.
Arrivé sur les lieux, sir Richard (le lord douteux) a voulu montrer ses compétences en bagou en allant interroger le sieur James, qui pris assez rapidement ses jambes à son cou, nous échappant et nous laissant la boutique et nos yeux pour pleurer.
Après un rapide examen de la pièce, je trouve une cache contenant divers document.
La rousse, après examen nous déclare qu'il y a une piste concernant un certain lord, sir Irving, ainsi qu'une espèce de groupuscule terroriste qui se fait appeler la résistance.
Sir Irving nous a mené vers une impasse, le bonhomme ayant eu la bonne idée de décéder quelque temps auparavent, néammoins son majordome avait des choses à nous dire, et dans cette grande ville de Londres, il a fallu qu'on tombe sur un quartier mal famé pour le retrouver, on s'est retrouvé à se battre dans une espèce de pension contre des dissidents, après qu'ils se soient pris une branlée on a enfin retrouvé le livre en question.
Ce livre, en plus des idioties écrites traditionnelles contenait également la description d'un papercut qui correspondant parfaitement à notre instructeur.
D'un commun accord nous avons décidé d'aller le confronter, quitte à le menacer de brûler le livre (ce qui je rappelle entraînerait sa mort).

Notre menace a un peu trop bien marché, notre instructeur est mort juste après avoir détruit le livre, ce qui ne laissait plus de place au doute.
Mission accomplie je suppose, nos actions méritent surement une médaille, on a découvert un traitre dans les hautes instances de Nostromo.
Sur un plan plus personnel mes équipiers sont efficaces au combat, ce qui m'arrange étant donné mes très faibles compétences dans ce domaine, hélas aucun d'entre eux n'a inventé l'eau chaude, et j'espère qu'ils gagneront dans l'avenir un semblant d'intelligence, parce que pour le moment à par taper ils ne servent pas à grand chose.
Sauf la rousse, c'est la seule qui sache lire, il faudrait que je lui demande de m'apprendre, j'ai pas envie que ce soit la seule à pouvoir lire des écrits, elle peut nous cacher des choses la garce.

farrelNZL

Messages : 1
Date d'inscription : 06/05/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Equipe Epsylon - Mission Paradis Perdu

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum